• ETE 6

     

    ETE 6

    Bonjour à tous
    C'est avec toute mon amitié
    que je viens vous souhaiter
    une bon weekend .
    une bonne semaine .
    Courage dans ces moments difficiles !
    Prenez soin de vous .
    Mille doux bisous du ♥

    ETE 6


    A l’horizon

    J’ai encore souvenance de ces navires,
    Voilures chahutées par de fiers aquilons,
    Éthers qui enjôlaient l’ivresse de ces sbires ;
    Ces marins râblés, l’épiderme macaron.
    – J’ai encore souvenance de ces navires…

    Aux tempêtes injurieuses, les nefs subirent
    Tant de véhémence – Tephillim tympanon
    Qu’en finalité létale elles se fendirent
    Et délivrèrent aux océans leurs cargaisons.
    – Aux tempêtes injurieuses, les nefs subirent…

    Les terribles aventures des longs gréements,
    Aujourd’hui résonnent fort et comme un airain ;
    Fabuleux voyages aux propos captivants
    En mon esprit agité – un sang de mutin.
    – Les terribles aventures des longs gréements…

    Vois ! A l’horizon se profilent les chalands,
    Vierges sacrifiées à de pénibles destins.
    Aussi on devine dans les nuages blancs
    Quelques équipages le mouchoir à la main.
    – Lors, à l’horizon se profilent les chalands…

    J’ai encore souvenance de ces navires :
    Aux tempêtes injurieuses, les nefs subirent
    Les terribles aventures des longs gréements ;
    Vois ! A l’horizon se profilent les chalands.

    Didier Sicchia, La rhétorique de l’ineffable, 2010

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    9 commentaires
  • Kit maman 5

    Kit maman 5



    Quand il faisait nuit, tu étais là,
    Quand il faisait froid, tu étais là,
    Quand j'avais faim,
    Quand j'avais peur;
    Quand je ne croyais qu'au malheur, tu étais là.
    Dans tes yeux, Maman, le ciel était toujours bleu,
    Et les hirondelles, à tire d'aile,
    S'envolent pour déposer sur ta joue ,
    Mes baisers d'amour / Pour toi, pour toujours.

    ********************************
    Dans ton amour, je suis née,
    De tes bras, tu m'as bercée,
    De tes mots, tu m'as consolée,
    Par ton attitude sereine, tu m'as donné confiance,
    Et sous ton bienveillant regard, voilà que j'affronte la vie,
    Les joies, les peines et les soucis,
    Aujourd'hui est un jour béni ,
    Celui où je t'adresse mille mercis.

    *******************************

    Ton départ au pays des anges généreux
    N’effacera jamais le souvenir des jours heureux
    Maman, Tu as été pour moi la meilleure des mères
    Une mère en Or dont le cœur est fait de lumière
    Repose en Paix ma mère, en ma vie tu restes le plus beau thème
    Maman Je t’aime… Ton amour aujourd’hui encore sème la joie  .

    Tu étais là pour moi dès les premiers jour de mon existence
    Au commencement de ma vie, ton ventre était mon monde
    Un monde d’amour, une protection qui de tendresse inonde
    Aujourd’hui, Tu n’es plus là et pourtant tu es omniprésente
    Tes mots d’amour résonnent encore dans ma tête et mon coeur
    Quand Je pense à Toi, Je suis à la fête et vis dans le bonheur
    Maman Tu me manques trop, mais je sais que tu veilles sur moi
    Ma mère Je t’aime à jamais, Tous mes chemins de vie mènent à toi .

    Tu as partagé avec moi mes premiers Jours
    Je t’ai accompagnée durant tes derniers Jours
    Mon amour pour Toi Maman est une grande source de vie
    La mort qui t’a apportée ne pourra effacer cette tendresse infinie
    Repose en paix ma Douce Mère, Envole-toi au paradis
    Au Paradis des mamans gentilles et des mères évanouies
    La mort comme la maladie n’effacera jamais notre amour inoui
    Reçois ces doux mots d’amour de ton enfant aimant
    Laisse-les te transporter vers un monde apaisant
    Tu as réussi ton passage sur terre en étant la meilleure des mères
    Toute ta famille te dit Adieu, à Dieu… Tes enfants sont de toi très fiers
    Que Dieu te protège Notre Mère! Qu’il entende nos plus belles prières
    Demain nous te retrouverons… De belles retrouvailles avec notre mère .
     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Kit maman 5

    Kit maman 5

     

     Bonjour à tous
    C'est avec toute mon amitié
    que je viens vous souhaiter
    une bonne fêtes des mamans.
    Prenez soin d'elle ,
    Prenez soin de vous .
    Mille doux bisous du ♥

    Kit maman 5



    Quand il faisait nuit, tu étais là,
    Quand il faisait froid, tu étais là,
    Quand j'avais faim,
    Quand j'avais peur;
    Quand je ne croyais qu'au malheur, tu étais là.
    Dans tes yeux, Maman, le ciel était toujours bleu,
    Et les hirondelles, à tire d'aile,
    S'envolent pour déposer sur ta joue ,
    Mes baisers d'amour / Pour toi, pour toujours.

    ********************************
    Dans ton amour, je suis née,
    De tes bras, tu m'as bercée,
    De tes mots, tu m'as consolée,
    Par ton attitude sereine, tu m'as donné confiance,
    Et sous ton bienveillant regard, voilà que j'affronte la vie,
    Les joies, les peines et les soucis,
    Aujourd'hui est un jour béni ,
    Celui où je t'adresse mille mercis.

    *******************************

    Ton départ au pays des anges généreux
    N’effacera jamais le souvenir des jours heureux
    Maman, Tu as été pour moi la meilleure des mères
    Une mère en Or dont le cœur est fait de lumière
    Repose en Paix ma mère, en ma vie tu restes le plus beau thème
    Maman Je t’aime… Ton amour aujourd’hui encore sème la joie  .

    Tu étais là pour moi dès les premiers jour de mon existence
    Au commencement de ma vie, ton ventre était mon monde
    Un monde d’amour, une protection qui de tendresse inonde
    Aujourd’hui, Tu n’es plus là et pourtant tu es omniprésente
    Tes mots d’amour résonnent encore dans ma tête et mon coeur
    Quand Je pense à Toi, Je suis à la fête et vis dans le bonheur
    Maman Tu me manques trop, mais je sais que tu veilles sur moi
    Ma mère Je t’aime à jamais, Tous mes chemins de vie mènent à toi .

    Tu as partagé avec moi mes premiers Jours
    Je t’ai accompagnée durant tes derniers Jours
    Mon amour pour Toi Maman est une grande source de vie
    La mort qui t’a apportée ne pourra effacer cette tendresse infinie
    Repose en paix ma Douce Mère, Envole-toi au paradis
    Au Paradis des mamans gentilles et des mères évanouies
    La mort comme la maladie n’effacera jamais notre amour inoui
    Reçois ces doux mots d’amour de ton enfant aimant
    Laisse-les te transporter vers un monde apaisant
    Tu as réussi ton passage sur terre en étant la meilleure des mères
    Toute ta famille te dit Adieu, à Dieu… Tes enfants sont de toi très fiers
    Que Dieu te protège Notre Mère! Qu’il entende nos plus belles prières
    Demain nous te retrouverons… De belles retrouvailles avec notre mère .
     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    13 commentaires
  • ETE 19

    ETE 19


    A l’enfant inconnu

    Il faudrait fleurir une tombe,
    A l‘enfant inconnu ;

    Y déposer les fleurs du mal, du bien
    De l’amour et du désamour ;

    Les roses rouges de la passion,
    Les roses d’hiver qui fleurissent dans la glace et la frustration.

    Il faudrait honorer
    L’enfant inconnu
    Qui ne naît pas
    Qui advient à peine
    Qui est pétrit du possible et de l’impossible.

    Il faudrait chanter,
    Pour l’enfant inconnu,
    Un chant léger, celui de l’imprévu,
    Un chant lourd et grave,
    Celui du désamour qui entrave.

    Il faudrait s’attarder
    Sur sa tombe
    Se souvenir
    Du désir
    Qui l’ont fait venir,
    Et du pourquoi
    Et du comment
    Qui l’ont tué.
    Regarder l’emprise de la vie sur elle-même,
    Sentir sa puissance,
    Gouter au bien, aussi, au paisible et au sens,
    Du choix fait et assumé.

    Il faudrait se souvenir,
    Du vieux couple qui n’a pas voulu,
    De l’amant et de la maitresse
    Qui n’ont pas pu ;
    Du corps de la femme
    Où ça ne s’accrochait pas ;
    De l’hésitant et de l’indécise
    Qui ne savaient pas ;
    De l’enfant de prostitué
    Et il ne valait mieux pas ;
    Il faudrait se souvenir de ces enfants
    Sans nom, sans devenir.

    Il faudrait regarder sans se mentir,
    L’armée des enfants inconnus
    Comme une masse fantôme
    Qui nous hante et nous parle,
    Nous menace de sa bouche muette,
    Effacée, informe.

    Il faudrait la regarder en face,
    Et entendre,
    Ses pas lents,
    Sortir
    Du cœur de notre vallée noire,
    Où le désir et le refus copulent,
    Où le désespoir étrangle l’espoir,
    Où vouloir et renoncer s’embrassent.
    Qu’est-t-il sorti de cet antre ?
    Peut-on le nommer ?

    Je donnerai,
    A l’enfant inconnu,
    Une parure pour son anonymat
    Des fleurs terrifiantes d’éclat
    Un hymne dissonant et cru,
    Un mausolée de terre nue,
    Profonde, au parfum fertile.

    La vie a tracé son chemin subtil, en lui,
    A magnifié le chaos de la vallée noire,
    Puis est retombé dans l’indicible puits,
    Où se décomposent les évidences, par-delà le miroir.

    Maëlle Ranoux, 2019


     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  • ETE 19

    ETE 19

    Bonjour à tous
    C'est avec toute mon amitié
    que je viens vous souhaiter
    une bon weekend .
    une bonne semaine .
    Courage dans ces moments difficiles !
    Prenez soin de vous .
    Mille doux bisous du ♥

    ETE 19


    A l’enfant inconnu

    Il faudrait fleurir une tombe,
    A l‘enfant inconnu ;

    Y déposer les fleurs du mal, du bien
    De l’amour et du désamour ;

    Les roses rouges de la passion,
    Les roses d’hiver qui fleurissent dans la glace et la frustration.

    Il faudrait honorer
    L’enfant inconnu
    Qui ne naît pas
    Qui advient à peine
    Qui est pétrit du possible et de l’impossible.

    Il faudrait chanter,
    Pour l’enfant inconnu,
    Un chant léger, celui de l’imprévu,
    Un chant lourd et grave,
    Celui du désamour qui entrave.

    Il faudrait s’attarder
    Sur sa tombe
    Se souvenir
    Du désir
    Qui l’ont fait venir,
    Et du pourquoi
    Et du comment
    Qui l’ont tué.
    Regarder l’emprise de la vie sur elle-même,
    Sentir sa puissance,
    Gouter au bien, aussi, au paisible et au sens,
    Du choix fait et assumé.

    Il faudrait se souvenir,
    Du vieux couple qui n’a pas voulu,
    De l’amant et de la maitresse
    Qui n’ont pas pu ;
    Du corps de la femme
    Où ça ne s’accrochait pas ;
    De l’hésitant et de l’indécise
    Qui ne savaient pas ;
    De l’enfant de prostitué
    Et il ne valait mieux pas ;
    Il faudrait se souvenir de ces enfants
    Sans nom, sans devenir.

    Il faudrait regarder sans se mentir,
    L’armée des enfants inconnus
    Comme une masse fantôme
    Qui nous hante et nous parle,
    Nous menace de sa bouche muette,
    Effacée, informe.

    Il faudrait la regarder en face,
    Et entendre,
    Ses pas lents,
    Sortir
    Du cœur de notre vallée noire,
    Où le désir et le refus copulent,
    Où le désespoir étrangle l’espoir,
    Où vouloir et renoncer s’embrassent.
    Qu’est-t-il sorti de cet antre ?
    Peut-on le nommer ?

    Je donnerai,
    A l’enfant inconnu,
    Une parure pour son anonymat
    Des fleurs terrifiantes d’éclat
    Un hymne dissonant et cru,
    Un mausolée de terre nue,
    Profonde, au parfum fertile.

    La vie a tracé son chemin subtil, en lui,
    A magnifié le chaos de la vallée noire,
    Puis est retombé dans l’indicible puits,
    Où se décomposent les évidences, par-delà le miroir.

    Maëlle Ranoux, 2019


     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    6 commentaires