• Poésies Eté

    Je vous offre mes créations mais je vous demande de bien vouloir respecter mon travail en ne les modifiant pas et en y laissant ma signature. Je vous souhaite une bonne visite et au plaisir de vous lire

    Tubes Hommes création

  •  


    L’Inquiet Désir

    Voici l’été encor, la chaleur, la clarté,
    La renaissance simple et paisible des plantes,
    Les matins vifs, les tièdes nuits, les journées lentes,
    La joie et le tourment dans l’âme rapportés.

    — Voici le temps de rêve et de douce folie
    Où le cœur, que l’odeur du jour vient enivrer,
    Se livre au tendre ennui de toujours espérer
    L’éclosion soudaine et bonne de la vie,

    Le cœur monte et s’ébat dans l’air mol et fleuri.
    — Mon cœur, qu’attendez-vous de la chaude journée,
    Est-ce le clair réveil de l’enfance étonnée
    Qui regarde, s’élance, ouvre les mains et rit ?

    Est-ce l’essor naïf et bondissant des rêves
    Qui se blessaient aux chocs de leur emportement,
    Est-ce le goût du temps passé, du temps clément,
    Où l’âme sans effort sentait monter sa sève ?

    — Ah ! mon cœur, vous n’aurez plus jamais d’autre bien
    Que d’espérer l’Amour et les jeux qui l’escortent,
    Et vous savez pourtant le mal que vous apporte
    Ce dieu tout irrité des combats dont il vient…

    Anna de Noailles

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    4 commentaires
  • ETE 13

    ETE 13


    L’Artois

    J’aime mon vieil Artois aux plaines infinies,
    Champs perdus dans l’espace où s’opposent, mêlés,
    Poèmes de fraîcheur et fauves harmonies,
    Les lins bleus, lacs de fleurs, aux verdures brunies,
    L’oeillette, blanche écume, à l’océan des blés.

    Au printemps, les colzas aux gais bouquets de chrome,
    De leur note si vive éblouissent les yeux ;
    Des mousses de velours émaillent le vieux chaume,
    Et sur le seuil béni que la verdure embaume
    On voit s’épanouir de beaux enfants joyeux.

    Chérubins de village avec leur tête ronde,
    Leurs cheveux flamboyants qu’allume le soleil ;
    De sa poudre dorée un rayon les inonde.
    Quelle folle clameur pousse leur troupe blonde,
    Quel rire éblouissant et quel éclat vermeil !

    Quand nos ciels argentés et leur douce lumière
    Ont fait place à l’azur si sombre de l’été ;
    Quand les ormes sont noirs, qu’à sec est la rivière ;
    Près du chemin blanchi, quand, grise de poussière,
    La fleur se crispe et meurt de soif, d’aridité ;

    Dans sa fureur l’Été, soufflant sa chaude haleine,
    Exaspère la vie et l’enivre de feu ;
    Mais si notre sang bout et brûle notre veine,
    Bientôt nous rafraîchit la nuit douce et sereine,
    Où les mondes ardents scintillent dans le bleu.

    Artois aux gais talus où les chardons foisonnent,
    Entremêlant aux blés leurs têtes de carmin ;
    Je t’aime quand, le soir, les moucherons bourdonnent,
    Quand tes cloches, au loin, pieusement résonnent,
    Et que j’erre au hasard, tout seul sur le chemin.

    J’aime ton grand soleil qui se couche dans l’herbe ;
    Humilité, splendeur, tout est là, c’est le Beau ;
    Le sol fume ; et c’est l’heure où s’en revient, superbe,
    La glaneuse, le front couronné de sa gerbe
    Et de cheveux plus noirs que l’aile d’un corbeau.

    C’est une enfant des champs, âpre, sauvage et fière ;
    Et son galbe fait bien sur ce simple décor,
    Alors que son pied nu soulève la poussière,
    Qu’agrandie et mêlée au torrent de lumière,
    Se dressant sur ses reins, elle prend son essor.

    C’est elle. Sur son sein tombent des plis de toile ;
    Entre les blonds épis rayonne son oeil noir ;
    Aux franges de la nue ainsi brille une étoile ;
    Phidias eût rêvé le chef-d’oeuvre que voile
    Cette jupe taillée à grands coups d’ébauchoir.

    Laissant à l’air flotter l’humble tissu de laine,
    Elle passe, et gaîment brille la glane d’or,
    Et le soleil rougit sur sa face hautaine.
    Bientôt elle se perd dans un pli de la plaine,
    Et le regard charmé pense la voir encor.

    Voici l’ombre qui tombe, et l’ardente fournaise
    S’éteint tout doucement dans les flots de la nuit,
    Au rideau sourd du bois attachant une braise
    Comme un suprême adieu. Tout se voile et s’apaise,
    Tout devient idéal, forme, couleur et bruit.

    Et la lumière avare aux détails se refuse ;
    Le dessin s’ennoblit, et, dans le brun puissant,
    Majestueusement le grand accent s’accuse ;
    La teinte est plus suave en sa gamme diffuse,
    Et la sourdine rend le son plus ravissant.

    Miracle d’un instant, heure immatérielle,
    Où l’air est un parfum et le vent un soupir !
    Au crépuscule ému la laideur même est belle,
    Car le mystère est l’art : l’éclat ni l’étincelle
    Ne valent un rayon tout prêt à s’assoupir.

    Mais la nuit vient voiler les plaines infinies,
    L’immensité de brume où s’endorment, mêlés,
    Poèmes de fraîcheur et fauves harmonies,
    Les lins bleus, lacs de fleurs, les verdures brunies,
    L’oeillette, blanche écume, et l’océan des blés.

    Jules Breton, Les champs et la mer

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • ETE 11

    ETE 11


    Far-niente

    Quand je n’ai rien à faire, et qu’à peine un nuage
    Dans les champs bleus du ciel, flocon de laine, nage,
    J’aime à m’écouter vivre, et, libre de soucis,
    Loin des chemins poudreux, à demeurer assis
    Sur un moelleux tapis de fougère et de mousse,
    Au bord des bois touffus où la chaleur s’émousse.
    Là, pour tuer le temps, j’observe la fourmi
    Qui, pensant au retour de l’hiver ennemi,
    Pour son grenier dérobe un grain d’orge à la gerbe,
    Le puceron qui grimpe et se pende au brin d’herbe,
    La chenille traînant ses anneaux veloutés,
    La limace baveuse aux sillons argentés,
    Et le frais papillon qui de fleurs en fleurs vole.
    Ensuite je regarde, amusement frivole,
    La lumière brisant dans chacun de mes cils,
    Palissade opposée à ses rayons subtils,
    Les sept couleurs du prisme, ou le duvet qui flotte
    En l’air, comme sur l’onde un vaisseau sans pilote ;
    Et lorsque je suis las je me laisse endormir,
    Au murmure de l’eau qu’un caillou fait gémir,
    Ou j’écoute chanter près de moi la fauvette,
    Et là-haut dans l’azur gazouiller l’alouette.

    Théophile Gautier, Premières Poésies


     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique