• Poésies Eté

    Je vous offre mes créations mais je vous demande de bien vouloir respecter mon travail en ne les modifiant pas et en y laissant ma signature. Je vous souhaite une bonne visite et au plaisir de vous lire

    Tubes Hommes création

  • DIVERS 9

      DIVERS 9

    Tristesse d’été

    Le soleil, sur le sable, ô lutteuse endormie,
    En l’or de tes cheveux chauffe un bain langoureux
    Et, consumant l’encens sur ta joue ennemie,
    Il mêle avec les pleurs un breuvage amoureux.

    De ce blanc flamboiement l’immuable accalmie
    T’a fait dire, attristée, ô mes baisers peureux
    » Nous ne serons jamais une seule momie
    Sous l’antique désert et les palmiers heureux ! »

    Mais la chevelure est une rivière tiède,
    Où noyer sans frissons l’âme qui nous obsède
    Et trouver ce Néant que tu ne connais pas.

    Je goûterai le fard pleuré par tes paupières,
    Pour voir s’il sait donner au coeur que tu frappas
    L’insensibilité de l’azur et des pierres.

    Stéphane Mallarmé

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    3 commentaires
  • DIVERS 8

    DIVERS 8

      

    Villanelle

    En ce mois délicieux,
    Qu’amour toute chose incite,
    Un chacun à qui mieux mieux
    La douceur’ du temps imite,
    Mais une rigueur dépite
    Me fait pleurer mon malheur.
    Belle et franche Marguerite
    Pour vous j’ai cette douleur.
    Dedans votre oeil gracieux
    Toute douceur est écrite,
    Mais la douceur de vos yeux
    En amertume est confite,
    Souvent la couleuvre habite
    Dessous une belle fleur.
    Belle et franche Marguerite,
    Pour vous j’ai cette douleur.
    Or, puis que je deviens vieux,
    Et que rien ne me profite,
    Désespéré d’avoir mieux,
    Je m’en irai rendre ermite,
    Pour mieux pleurer mon malheur.
    Belle et franche Marguerite,
    Pour vous j’ai cette douleur.
    Mais si la faveur des Dieux
    Au bois vous avait conduite,
    Ou, d’espérer d’avoir mieux,
    Je m’en irai rendre ermite,
    Peut être que ma poursuite
    Vous ferait changer couleur.
    Belle et franche Marguerite
    Pour vous j’ai cette douleur.

    Joachim Du Bellay

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  •  


    L’Inquiet Désir

    Voici l’été encor, la chaleur, la clarté,
    La renaissance simple et paisible des plantes,
    Les matins vifs, les tièdes nuits, les journées lentes,
    La joie et le tourment dans l’âme rapportés.

    — Voici le temps de rêve et de douce folie
    Où le cœur, que l’odeur du jour vient enivrer,
    Se livre au tendre ennui de toujours espérer
    L’éclosion soudaine et bonne de la vie,

    Le cœur monte et s’ébat dans l’air mol et fleuri.
    — Mon cœur, qu’attendez-vous de la chaude journée,
    Est-ce le clair réveil de l’enfance étonnée
    Qui regarde, s’élance, ouvre les mains et rit ?

    Est-ce l’essor naïf et bondissant des rêves
    Qui se blessaient aux chocs de leur emportement,
    Est-ce le goût du temps passé, du temps clément,
    Où l’âme sans effort sentait monter sa sève ?

    — Ah ! mon cœur, vous n’aurez plus jamais d’autre bien
    Que d’espérer l’Amour et les jeux qui l’escortent,
    Et vous savez pourtant le mal que vous apporte
    Ce dieu tout irrité des combats dont il vient…

    Anna de Noailles

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique