• Poésies Divers

    Je vous offre mes créations mais je vous demande de bien vouloir respecter mon travail en ne les modifiant pas et en y laissant ma signature. Je vous souhaite une bonne visite et au plaisir de vous lire

    Tubes Hommes création


  •  



    8 Mai 1945

    Ô Armistice, as-tu tourné la page ?
    Effaceras-tu de ce paysage,
    Désolation, corps, boue, sang et orage ?
    Car l'esprit a subi tant de dommages.

    En ton nom, Guerre, des hommes tombèrent,
    Des millions de corps communs s'affrontèrent.
    Tu es devenu notre quotidien
    Et maintenant, on doit croire à ta fin ?!

    Aujourd'hui, Guerre, tu es le défunt
    Car s'est retourné contr' toi, le destin.
    Gardons l'espoir d'un avenir sans Guerre
    Et que tes cendres ne renaissent guère.

    Ô Armistice, as-tu tourné la page ?
    Effaceras-tu de ce paysage,
    Douleur, colère, peur, larmes et rage ?
    Offriras-tu bonheur, souffle et courage ?

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • DIVERS 23

     

    DIVERS 23

    Vivre

    Est-ce qu’il ne vaut mieux pas
    sentir l’odeur des blés
    plutôt que de rêver
    aux pierres et aux tourments

    Est-ce qu’il ne vaut mieux pas
    revenir à l’Aurore
    dès qu’on dessine sa route
    dans l’infiniment pur

    Est-ce qu’il ne vaut mieux pas
    chevaucher une tempête
    à chaque fois qu’un Autre
    perd sa foi en l’Azur

    Est-ce qu’il ne vaut mieux pas
    revivre chaque instant
    lorsqu’on perd une flamme
    qui ne brillera plus

    Est-ce qu’il ne vaut mieux pas
    vivre pour une danse
    lorsque la rose éclos
    et que nul autre adore

    Est-ce qu’il ne vaut mieux pas ?

    Est-ce qu’il ne vaut mieux pas ?

    Winston Perez, 2017

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  • PÂQUES 18

      PÂQUES 18

    Odelette à son bouquet


    Mon petit Bouquet mon mignon,
    Qui m’es plus fidel’ compaignon
    Qu’Oreste ne fut à Pilade,
    Tout le jour quand je suis malade
    Mes valets qui pour leur devoir
    Le soing de moy debvroient avoir,
    Vont à leur plesir par la vile,
    Et ma vieille garde inutile,
    Aptes avoir largement beu,
    Yvre, s’endort aupres du feu,
    A l’heure qu’ el’ me devroit dire
    Des contes pour me faire rire.
    Mais toi petit bouquet, mais toy
    Ayant pitié de mon esmoy
    Jamais le jour tu ne me laisses
    Seul compaignon de mes tristesses.
    Que ne pui-je autant que les dieux ?
    Je t’envoyroi là haut aux cieux
    Fait d’un bouquet un astre insigne,
    Et te mettrois aupres du Signe
    Que Bacus dans le ciel posa
    Quand Ariadne il espousa,
    Qui se lamentoit, delessée
    Au bord desert par son Thesée.

    Pierre de Ronsard, Les meslanges



     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique