• KIT PAPA 10

     

    KIT PAPA 10

     Pour ce jour spécial
    je souhaite à tous les papas
    une bonne fête, sans oublié les papas soldats
    qui sont loin de leurs familles .
    que du bonheur à vous tous .
    Mille doux bisous

    KIT PAPA 10
    Aussi à mon père .
    Mon frère Claude .
    Mon frère Denis
     vous nous manquez beaucoup ,
    et en ce jour encore plus particulièrement !

    KIT PAPA 10
     
    Je voudrais te dire Papa
    Je voudrais te dire
    tout ce que je n'ai pas su te dire quand tu étais la Papa!
    Te réciter les plus beau poèmes,
    te serrer fort contre moi Papa!

    Je voudrais te dire,
    que tu es toujours la Papa,
    toujours la au fond de mon cœur...

    Je voudrais te dire
    Que tous les bon souvenir avec toi papa
    son toujours dans ma mémoire,
    que ton visage,ton sourire,
    je les revois sans cesse Papa.
    Que tes paroles je les entend toujours!

    je voudrais te dire,
    Que parfois des larmes coule sur mon visage
    Alors je lève les yeux au ciel et je pense a toi Papa.

    Je voudrais tellement te revoir,
    Un seul instant,une seul seconde Papa
    Pour te dire combien tu me manque.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    10 commentaires
  • ETE 7


     ETE 7


    A la Femme aimée

    Lorsque tu vins, à pas réfléchis, dans la brume,
    Le ciel mêlait aux ors le cristal et l’airain.
    Ton corps se devinait, ondoiement incertain,
    Plus souple que la vague et plus frais que l’écume.
    Le soir d’été semblait un rêve oriental
    De rose et de santal.

    Je tremblais. De longs lys religieux et blêmes
    Se mouraient dans tes mains, comme des cierges froids.
    Leurs parfums expirants s’échappaient de tes doigts
    En le souffle pâmé des angoisses suprêmes.
    De tes clairs vêtements s’exhalaient tour à tour
    L’agonie et l’amour.

    Je sentis frissonner sur mes lèvres muettes
    La douceur et l’effroi de ton premier baiser.
    Sous tes pas, j’entendis les lyres se briser
    En criant vers le ciel l’ennui fier des poètes
    Parmi des flots de sons languissamment décrus,
    Blonde, tu m’apparus.

    Et l’esprit assoiffé d’éternel, d’impossible,
    D’infini, je voulus moduler largement
    Un hymne de magie et d’émerveillement.
    Mais la strophe monta bégayante et pénible,
    Reflet naïf, écho puéril, vol heurté,
    Vers ta Divinité.

    Renée Vivien, Etudes et préludes

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • ETE 7


     

    ETE 7

    Bonjour à tous
    C'est avec toute mon amitié
    que je viens vous souhaiter
    une bon weekend .
    une bonne semaine .
    Courage dans ces moments difficiles !
    Prenez soin de vous .
    Mille doux bisous du ♥

    ETE 7


    A la Femme aimée

    Lorsque tu vins, à pas réfléchis, dans la brume,
    Le ciel mêlait aux ors le cristal et l’airain.
    Ton corps se devinait, ondoiement incertain,
    Plus souple que la vague et plus frais que l’écume.
    Le soir d’été semblait un rêve oriental
    De rose et de santal.

    Je tremblais. De longs lys religieux et blêmes
    Se mouraient dans tes mains, comme des cierges froids.
    Leurs parfums expirants s’échappaient de tes doigts
    En le souffle pâmé des angoisses suprêmes.
    De tes clairs vêtements s’exhalaient tour à tour
    L’agonie et l’amour.

    Je sentis frissonner sur mes lèvres muettes
    La douceur et l’effroi de ton premier baiser.
    Sous tes pas, j’entendis les lyres se briser
    En criant vers le ciel l’ennui fier des poètes
    Parmi des flots de sons languissamment décrus,
    Blonde, tu m’apparus.

    Et l’esprit assoiffé d’éternel, d’impossible,
    D’infini, je voulus moduler largement
    Un hymne de magie et d’émerveillement.
    Mais la strophe monta bégayante et pénible,
    Reflet naïf, écho puéril, vol heurté,
    Vers ta Divinité.

    Renée Vivien, Etudes et préludes

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    6 commentaires

  •  

     

    Bonjour à tous
    C'est avec toute mon amitié
    que je viens vous souhaiter
    une bonne journée.
    Prenez soin de vous .
    Mille doux bisous du ♥

    18 Juin

     


    À tous les Français » : l'affiche de Londres | Histoire et analyse ...
     

    Le texte de l'appel du 18 juin 1940

    "Les chefs qui, depuis de nombreuses années, sont à la tête des armées françaises, ont formé un gouvernement.

     

    Ce gouvernement, alléguant la défaite de nos armées, s'est mis en rapport avec l'ennemi pour cesser le combat.

    Certes, nous avons été, nous sommes, submergés par la force mécanique, terrestre et aérienne, de l'ennemi.

     

    Infiniment plus que leur nombre, ce sont les chars, les avions, la tactique des Allemands qui nous font reculer. Ce sont les chars, les avions, la tactique des Allemands qui ont surpris nos chefs au point de les amener là où ils en sont aujourd'hui.

     

    Mais le dernier mot est-il dit ? L'espérance doit-elle disparaître ? La défaite est-elle définitive ? Non !

     

    Croyez-moi, moi qui vous parle en connaissance de cause et vous dis que rien n'est perdu pour la France. Les mêmes moyens qui nous ont vaincus peuvent faire venir un jour la victoire.

     

    Car la France n'est pas seule ! Elle n'est pas seule ! Elle n'est pas seule ! Elle a un vaste Empire derrière elle. Elle peut faire bloc avec l'Empire britannique qui tient la mer et continue la lutte. Elle peut, comme l'Angleterre, utiliser sans limites l'immense industrie des Etats-Unis.

     

    Cette guerre n'est pas limitée au territoire malheureux de notre pays. Cette guerre n'est pas tranchée par la bataille de France. Cette guerre est une guerre mondiale. Toutes les fautes, tous les retards, toutes les souffrances, n'empêchent pas qu'il y a, dans l'univers, tous les moyens nécessaires pour écraser un jour nos ennemis. Foudroyés aujourd'hui par la force mécanique, nous pourrons vaincre dans l'avenir par une force mécanique supérieure. Le destin du monde est là.

     

    Moi, Général de Gaulle, actuellement à Londres, j'invite les officiers et les soldats français qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient à s'y trouver, avec leurs armes ou sans leurs armes, j'invite les ingénieurs et les ouvriers spécialistes des industries d'armement qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient à s'y trouver, à se mettre en rapport avec moi.

     

    Quoi qu'il arrive, la flamme de la résistance française ne doit pas s'éteindre et ne s'éteindra pas.

     

    Demain, comme aujourd'hui, je parlerai à la Radio de Londres."a pas.

     Demain, comme aujourd'hui, je parlerai à la Radio de Londres."

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    12 commentaires
  • ETE 6

     ETE 6


    A l’horizon

    J’ai encore souvenance de ces navires,
    Voilures chahutées par de fiers aquilons,
    Éthers qui enjôlaient l’ivresse de ces sbires ;
    Ces marins râblés, l’épiderme macaron.
    – J’ai encore souvenance de ces navires…

    Aux tempêtes injurieuses, les nefs subirent
    Tant de véhémence – Tephillim tympanon
    Qu’en finalité létale elles se fendirent
    Et délivrèrent aux océans leurs cargaisons.
    – Aux tempêtes injurieuses, les nefs subirent…

    Les terribles aventures des longs gréements,
    Aujourd’hui résonnent fort et comme un airain ;
    Fabuleux voyages aux propos captivants
    En mon esprit agité – un sang de mutin.
    – Les terribles aventures des longs gréements…

    Vois ! A l’horizon se profilent les chalands,
    Vierges sacrifiées à de pénibles destins.
    Aussi on devine dans les nuages blancs
    Quelques équipages le mouchoir à la main.
    – Lors, à l’horizon se profilent les chalands…

    J’ai encore souvenance de ces navires :
    Aux tempêtes injurieuses, les nefs subirent
    Les terribles aventures des longs gréements ;
    Vois ! A l’horizon se profilent les chalands.

    Didier Sicchia, La rhétorique de l’ineffable, 2010

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires