• Poésies Hiver

    Je vous offre mes créations mais je vous demande de bien vouloir respecter mon travail en ne les modifiant pas et en y laissant ma signature. Je vous souhaite une bonne visite et au plaisir de vous lire

    Tubes Hommes création

  • KIT HIVER 13


    KIT HIVER 13

    Beau soir d’hiver

    La neige – le pays en est tout recouvert –
    Déroule, mer sans fin, sa nappe froide et vierge,
    Et, du fond des remous, à l’horizon désert,
    Par des vibrations d’azur tendre et d’or vert,
    Dans l’éblouissement, la pleine lune émerge.

    A l’Occident s’endort le radieux soleil,
    Dans l’espace allumant les derniers feux qu’il darde
    A travers les vapeurs de son divin sommeil,
    Et la lune tressaille à son baiser vermeil
    Et, la face rougie et ronde, le regarde.

    Et la neige scintille, et sa blancheur de lis
    Se teinte sous le flux enflammé qui l’arrose.
    L’ombre de ses replis a des pâleurs d’iris,
    Et, comme si neigeaient tous les avrils fleuris,
    Sourit la plaine immense ineffablement rose.

    Jules Breton
    Les champs et la mer, 1883

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • KIT HIVER 11

     

    KIT HIVER 11


    Matin d’hiver

    La brume conservait un goût de rêve étrange,
    Déliant la candeur des secrets de la nuit,
    Elle mêlait ainsi le soleil et l’ennui
    Sous le voile infini de son aile d’archange ;

    Déliant la candeur des secrets de la nuit
    La neige regardait l’étoile ou le nuage,
    Pâle comme un soupir, triste comme un naufrage,
    Elle mêlait ainsi le soleil et l’ennui ;

    La neige regardait l’étoile ou le nuage
    Lorsque je m’éveillai dans le petit matin
    Bercée par la douceur d’un rayon de satin…
    Pâle comme un soupir, triste comme un naufrage.

    Isabelle Callis-Sabot

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • KIT HIVER 10


    KIT HIVER 10


    L’hiver du rossignol

    Sur les toits la grêle crépite.
    Il neige, il pleut, en même temps :
    Premières larmes du printemps,
    Derniers pleurs de l’hiver en fuite.

    Parmi les longs cris qu’en son vol
    La première corneille jette,
    J’entends une note inquiète ;
    Est-ce la voix du rossignol ?

    D’où vient cette roulade ailée
    Dont la bise coupe le fil
    Ce doux chanteur, pourquoi vient-il
    Affronter cette giboulée ?

    Est-ce le trémulant sifflet,
    Le fifre aigu de la linote ?
    Est-ce la double ou triple note
    Du bouvreuil ou du roitelet ?

    Il neige, il pleut, il grêle, il vente.
    Mais, soudain, voici le soleil,
    Le soleil d’un temps sans pareil.
    Chante, oh ! chante, rossignol, chante !

    Il neige, il vente, il grêle, il pleut.
    Chante ! C’est l’air que rossignol
    Ton cœur, ton joli cœur qui vole,
    Qui d’un ciel gris, fait un ciel bleu.

    Que ta musique, en fines perles,
    Change ce brouillard éclatant.
    Ah ! pourrait-il en faire autant
    Le trille aigu de tous les merles ?

    Il pleut, il neige, c’est en vain
    Que le merle siffle à tue-tête.
    Pour que tout l’azur soit en fête,
    Chante, chante, chanteur divin !

    Chante sur la plus haute branche,
    Comme l’oiseau de la chanson.
    Chante sous le dernier frisson
    De la dernière neige blanche.

    À pleine gorge, fais vibrer,
    Rossignoler ta fine lyre,
    Ô toi dont le cœur est à rire,
    Pour les cœurs qui sont à pleurer

    Nérée Beauchemin, Patrie Intime

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique