• Poésies Hiver

    Je vous offre mes créations mais je vous demande de bien vouloir respecter mon travail en ne les modifiant pas et en y laissant ma signature. Je vous souhaite une bonne visite et au plaisir de vous lire

    Tubes Hommes création

  • KIT HIVER 3

    KIT HIVER 3


    Que j’aime le premier frisson d’hiver…

    Que j’aime le premier frisson d’hiver ! le chaume,
    Sous le pied du chasseur, refusant de ployer !
    Quand vient la pie aux champs que le foin vert embaume,
    Au fond du vieux château s’éveille le foyer ;

    C’est le temps de la ville. – Oh ! lorsque l’an dernier,
    J’y revins, que je vis ce bon Louvre et son dôme,
    Paris et sa fumée, et tout ce beau royaume
    (J’entends encore au vent les postillons crier),

    Que j’aimais ce temps gris, ces passants, et la Seine
    Sous ses mille falots assise en souveraine !
    J’allais revoir l’hiver. – Et toi, ma vie, et toi !

    Oh ! dans tes longs regards j’allais tremper mon âme
    Je saluais tes murs. – Car, qui m’eût dit, madame,
    Que votre coeur sitôt avait changé pour moi ?

    Alfred de Musset

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • KIT HIVER 2

     

    KIT HIVER 2



    Toile d’Hiver

    La neige est si belle sur les arbres
    lorsque s’empilent petit à petit
    tous les flocons qui tombent du ciel

    Tout est blanc et couleur d’écorce
    et quelques oiseaux qui brillent comme des étoiles
    au milieu de ce ciel de jour où le bleu est parti

    Un rouge-gorge
    Une mésange
    Orange
    virevoltent autour de la mangeoire

    Et le grand pré est si blanc
    Blanc
    Comme une toile moelleuse
    Comme une toile d’Hiver
    Où les couleurs de vie
    ne partiront jamais

    Elodie Santos

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  •  

     

    Décembre

    Le hibou parmi les décombres
    Hurle, et Décembre va finir ;
    Et le douloureux souvenir
    Sur ton coeur jette encor ses ombres.

    Le vol de ces jours que tu nombres,
    L’aurais-tu voulu retenir ?
    Combien seront, dans l’avenir,
    Brillants et purs ; et combien, sombres ?

    Laisse donc les ans s’épuiser.
    Que de larmes pour un baiser,
    Que d’épines pour une rose !

    Le temps qui s’écoule fait bien ;
    Et mourir ne doit être rien,
    Puisque vivre est si peu de chose.

    François Coppée

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique