• Au marché des sorcières


     

    Au marché des sorcières

    Au marché des sorcières,
    On vend de tout un peu,
    De verts crapauds baveux
    Et des nœuds de vipères ;
    On vend des basilics,
    À l’œil fixe et glacé
    Sous leur lourde paupière,
    Des chèvres, des aspics,
    Des onguents mystérieux.

    Au marché des sorcières,
    On vend de gros chats noirs
    À queue blanche, à l’œil bleu,
    Aux moustaches de feu
    Qui s’allument le soir,
    Et des chauves-souris
    S’agrippant aux cheveux
    Chaudrons ! Chauds, les chaudrons !
    Les plus vieux, les plus laids !
    Voyez mes prix !
    Qui n’a pas son balai ?
    .............

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires

  •  

    Des fantômes dans la cuisine

    C'est le bal des fantômes aujourd'hui.
    Quel tapage, dans notre cuisine.
    Quelle sauvagerie, quelle furie!!
    De partout ça tambourine.

    Écoute! Ça claque, ça crépite, ça crie !
    Jouent-ils aux quilles avec des crânes ??
    Il n'est pourtant pas encore minuit!
    Les marmites font un terrible vacarme.

    Peu à peu, ils cessent de s'agiter.
    Plus personne n'a envie de jouer.
    Des fantômes, je vous dévoile le secret:
    Il y a du pop-corn à grignoter !!!

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire

  •  

    Les cauchemars... au placard !

    Le soir, dans le noir,
    Il est des monstres qui viennent me voir
    Car ils espèrent bien me faire peur.

    Quand c'est un dragon vert
    Qui vient me voir
    Avec ses narines fumantes et son air méchant
    Je l'image en rose bonbon
    Et en caleçon à petits cœurs

    Quand c'est un méchant loup
    Qui vient me voir
    Avec ses griffes et ses grandes dents
    Je l'imagine en danseuse espagnole
    Avec des chaussures à claquettes et des castagnettes.

    Quand c'est une sorcière
    Qui vient me voir
    Avec son nez crochu et son chapeau pointu
    Je l'imagine en petit rat de l'opéra
    Avec un tutu et des ballerines.

    Quand c'est un ogre
    Qui vient me voir
    Avec son grand couteau et sa fourchette
    Je l'imagine en bébé Cadum
    Avec une couche et une sucette.

    Quand c'est un fantôme
    Qui vient me voir
    Avec son drap blanc et ses houhou
    Je l'imagine en costume d'Elmer
    A carreaux de toutes les couleurs.

    Le soir quand il fait tout noir
    Il est des monstres qui viennent me voir
    Mais à moi ils ne me font pas peur.

    Allez hop dans le placard les cauchemars !

    Marie-Hélène LAFOND


     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique