• Poésies Pâques

    Je vous offre mes créations mais je vous demande de bien vouloir respecter mon travail en ne les modifiant pas et en y laissant ma signature. Je vous souhaite une bonne visite et au plaisir de vous lire

    Tubes Hommes création

  • PAQUES 16 FAIT

     

    PAQUES 16 FAIT

    Joyeuses fêtes de Pâques

    Bonjour à toi qui est présent(e) sur mon blog.
    Même si la température nous boude, la nature,
    elle, suit son chemin.
    Le printemps est là et Pâques
    Pâques, fête du renouveau.
    Pâques, fête de la résurrection.
    Pâques, la plus grande fête.
    Pâques, victoire de la vie sur la mort.
    Chrétiens ou non-chrétiens
    Pratiquants ou non-pratiquants
    Tous connaissent cette fête
    qu'on associe avec la venue du beau temps.
    Qu'on se rappelle à l'époque des chapeaux...
    c'est avec fierté
    qu'on étrennait notre chapeau de paille.
    Aujourd'hui, on pense bien plus à profiter des ventes pour
    acheter notre manteau ou notre chapeau de fourrure
    pour l'hiver prochain.
    Je prends quelques minutes pour te souhaiter
    une belle fête de Pâques
    dans l'amour avec les tiens.

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    7 commentaires
  • 15

     

    15

    Pâques
    Au bord du toit, près des lucarnes,
    On a repeint les pigeonniers,
    Et les couleurs vives vacarment
    Depuis les seuils jusqu'aux greniers

    Et c'est le vert, le brun, le rouge,
    Sur les pignons, au bord de l'eau,
    Et tout cela se mire et bouge
    Dans la Lys, la Durme ou l'Escaut.

    On bouleverse les cuisines :
    Des mains rudes, de larges bras
    Frottent les antiques bassines,
    L'écuelle usée et le pot gras.

    Sur les linges, les draps, les taies,
    Qu'on sèche à l'air vierge et vermeil,
    Pleuvent, partout, le long des haies,
    Les ors mobiles du soleil.

    Là-bas, au fond des cours, s'allument
    Faux et râteaux, coutres et socs;
    Comme de hauts bouquets de plumes
    Sur les fumiers luisent les coqs.

    Là-bas, au fond des cours, s'allument
    Faux et râteaux, coutres et socs;
    Comme de hauts bouquets de plumes
    Sur les fumiers luisent les coqs.

    (Emile Verhaeren)

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • PAQUE 13

    PAQUE 13

     

    La Croix de Bois

    O Croix de bois, qui mets ton signe douloureux
    Sur les prés, sur les champs et sur les chemins creux,
    Toi qui pouvais là-bas te dresser grave et haute,
    Quel caprice pieux t'a plantée à mi-côte ?
    Quel hasard ? - Le charmant hasard d'un carrefour.
    Voici les chemins creux : l'un s'en va d'Echauffour
    Jusqu'à Planches, qui fut une ville romaine ;
    L'autre des champs aux bois se tord et se promène
    Très poétiquement. Ils n'ont pas deux endroits
    Pour se rejoindre ; ils vont, viennent, font une croix
    Devant la Croix de bois, puis s'enfuient par les haies,
    Où les épines et les houx mêlent leurs haies,
    Car l'automne brumeux expire à l'horizon.

    Dans le vent pluvieux non loin de ma maison,
    L'arbre s'agite et pleure, et la sombre vallée
    Est la sœur de mon âme obscure et désolée.
    Car les plaintes du vent, ce sont des cris humains.
    Car les pleurs des buissons qui bordent les chemins
    Avec mes larmes ont mouillé, mouillé la terre
    Et j'ai porté ma croix sous la Croix solitaire.

    Seul, ayant comme un poids de brume à mon manteau,
    Ce matin le poète a franchi le coteau.
    Pas une voix dans l'air, pas un son dans les branches.
    L'Angélus d'Echauffour et l'Angélus de Planches,
    Qui s'unissent parfois en un chant fraternel,
    Etouffés et lointains, se perdaient dans le ciel.
    Les chemins, les maisons, les clochers, les églises
    Et tous les arbres se voilaient de vapeurs grises.
    Gavés des fruits sanglants de l'épine et du houx,
    Les oiseaux regardaient le poète à genoux.
    Ils voyaient dans la brume une croix ébauchée,
    Puis un être, immobile et la tête penchée.
    De l'homme au bois sacré quand les bras s'appuyaient,
    Quand il joignait les mains, les oiseaux s'enfuyaient
    Par les chemins, sur le coteau, dans la ravine,
    Et l'homme, resté seul sous votre Croix divine,
    O Christ, l'homme ulcéré, le pécheur, le passant,
    Baignait son cœur malade aux flots de votre sang.

    Paul Harel (1854-1927)

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique