• Poésies Pâques

    Je vous offre mes créations mais je vous demande de bien vouloir respecter mon travail en ne les modifiant pas et en y laissant ma signature. Je vous souhaite une bonne visite et au plaisir de vous lire

    Tubes Hommes création

  • 15

     

    15

    Pâques
    Au bord du toit, près des lucarnes,
    On a repeint les pigeonniers,
    Et les couleurs vives vacarment
    Depuis les seuils jusqu'aux greniers

    Et c'est le vert, le brun, le rouge,
    Sur les pignons, au bord de l'eau,
    Et tout cela se mire et bouge
    Dans la Lys, la Durme ou l'Escaut.

    On bouleverse les cuisines :
    Des mains rudes, de larges bras
    Frottent les antiques bassines,
    L'écuelle usée et le pot gras.

    Sur les linges, les draps, les taies,
    Qu'on sèche à l'air vierge et vermeil,
    Pleuvent, partout, le long des haies,
    Les ors mobiles du soleil.

    Là-bas, au fond des cours, s'allument
    Faux et râteaux, coutres et socs;
    Comme de hauts bouquets de plumes
    Sur les fumiers luisent les coqs.

    Là-bas, au fond des cours, s'allument
    Faux et râteaux, coutres et socs;
    Comme de hauts bouquets de plumes
    Sur les fumiers luisent les coqs.

    (Emile Verhaeren)

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • PAQUE 13

    PAQUE 13

     

    La Croix de Bois

    O Croix de bois, qui mets ton signe douloureux
    Sur les prés, sur les champs et sur les chemins creux,
    Toi qui pouvais là-bas te dresser grave et haute,
    Quel caprice pieux t'a plantée à mi-côte ?
    Quel hasard ? - Le charmant hasard d'un carrefour.
    Voici les chemins creux : l'un s'en va d'Echauffour
    Jusqu'à Planches, qui fut une ville romaine ;
    L'autre des champs aux bois se tord et se promène
    Très poétiquement. Ils n'ont pas deux endroits
    Pour se rejoindre ; ils vont, viennent, font une croix
    Devant la Croix de bois, puis s'enfuient par les haies,
    Où les épines et les houx mêlent leurs haies,
    Car l'automne brumeux expire à l'horizon.

    Dans le vent pluvieux non loin de ma maison,
    L'arbre s'agite et pleure, et la sombre vallée
    Est la sœur de mon âme obscure et désolée.
    Car les plaintes du vent, ce sont des cris humains.
    Car les pleurs des buissons qui bordent les chemins
    Avec mes larmes ont mouillé, mouillé la terre
    Et j'ai porté ma croix sous la Croix solitaire.

    Seul, ayant comme un poids de brume à mon manteau,
    Ce matin le poète a franchi le coteau.
    Pas une voix dans l'air, pas un son dans les branches.
    L'Angélus d'Echauffour et l'Angélus de Planches,
    Qui s'unissent parfois en un chant fraternel,
    Etouffés et lointains, se perdaient dans le ciel.
    Les chemins, les maisons, les clochers, les églises
    Et tous les arbres se voilaient de vapeurs grises.
    Gavés des fruits sanglants de l'épine et du houx,
    Les oiseaux regardaient le poète à genoux.
    Ils voyaient dans la brume une croix ébauchée,
    Puis un être, immobile et la tête penchée.
    De l'homme au bois sacré quand les bras s'appuyaient,
    Quand il joignait les mains, les oiseaux s'enfuyaient
    Par les chemins, sur le coteau, dans la ravine,
    Et l'homme, resté seul sous votre Croix divine,
    O Christ, l'homme ulcéré, le pécheur, le passant,
    Baignait son cœur malade aux flots de votre sang.

    Paul Harel (1854-1927)

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • PAQUE 12

    PAQUE 12

      

    A Pâques

    Frère Jacques, frère Jacques,
    Réveille-toi de ton sommeil d'hiver
    Les fins taillis sont déjà verts
    Et nous voici au temps de Pâques,
    Frère Jacques.

    Au coin du bois morne et blêmi
    Où ton grand corps s'est endormi
    Depuis l'automne,
    L'aveugle et vacillant brouillard,
    Sur les grand-routes du hasard,
    S'est promené, longtemps, par les champs monotones ;
    Et les chênes aux rameaux noirs
    Tordus de vent farouche
    Ont laissé choir,
    De soir en soir,
    Leur feuillage d'or mort sur les bords de ta couche.

    Frère Jacques,
    Il a neigé durant des mois
    Et sur tes mains, et sur tes doigts
    Pleins de gerçures ;
    Il a neigé, il a givré,
    Sur ton chef pâle et tonsuré
    Et dans les plis décolorés
    De ta robe de bure.

    La torpide saison est comme entrée en toi
    Avec son deuil et son effroi,
    Et sa bise sournoise et son gel volontaire ;
    Et telle est la lourdeur de ton vieux front lassé
    Et l'immobilité de tes deux bras croisés,
    Qu'on les dirait d'un mort qui repose sous terre.

    Frère Jacques,
    Hier au matin, malgré le froid,
    Deux jonquilles, trois anémones
    Ont soulevé leurs pétales roses ou jaunes
    Vers toi,
    Et la mésange à tête blanche,
    Fragile et preste, a sautillé
    Sur la branche de cornouiller
    Qui vers ton large lit de feuillages mouillés
    Se penche.

    Et tu dors, et tu dors toujours,
    Au coin du bois profond et sourd,
    Bien que s'en viennent les abeilles
    Bourdonner jusqu'au soir à tes closes oreilles
    Et que l'on voie en tourbillons
    Rôder sur ta barbe rigide
    Un couple clair et rapide
    De papillons.

    Pourtant, voici qu'à travers ton somme
    Tu as surpris, dès l'aube, s'en aller
    Le cortège bariolé
    Des cent cloches qui vont à Rome ;
    Et, leurs clochers restant
    Muets et hésitants
    Durant ces trois longs jours et d'angoisse et d'absence,
    Tu t'éveilles en écoutant
    Régner de l'un à l'autre bout des champs
    Le silence.

    Et secouant alors
    De ton pesant manteau que les ronces festonnent
    Les glaçons de l'hiver et les brumes d'automne,
    Frère Jacques, tu sonnes
    D'un bras si rude et fort
    Que tout se hâte aux prés et s'enfièvre aux collines
    A l'appel clair de tes matines.

    Et du bout d'un verger le coucou te répond ;
    Et l'insecte reluit de broussaille en broussaille ;
    Et les sèves sous terre immensément tressaillent ;
    Et les frondaisons d'or se propagent et font
    Que leur ombre s'incline aux vieux murs des chaumières ;
    Et le travail surgit innombrable et puissant ;
    Et le vent semble fait de mouvante lumière
    Pour frôler le bouton d'une rose trémière
    Et le front hérissé d'un pâle épi naissant.

    Frère Jacques, frère Jacques
    Combien la vie entière à confiance en toi ;
    Et comme l'oiseau chante au faîte de mon toit ;
    Frère Jacques, frère Jacques,
    Rude et vaillant carillonneur de Pâques.

    Émile Verhaeren

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique