• PRINTEMPS 11

     

    PRINTEMPS 11

     Bonjour à toutes et tous .
    J'espère que vous allez bien ?
    Ici il fait gris avec des averses.
    Passez une bonne journée .
    Passez un bon weekend .
    Prenez soin de vous .
    Avec toute mon amitié .
    Bisous du ♥

    PRINTEMPS 11


    Nuit de printemps

    Le ciel est pur, la lune est sans nuage :
    Déjà la nuit au calice des fleurs
    Verse la perle et l’ambre de ses pleurs ;
    Aucun zéphyr n’agite le feuillage.
    Sous un berceau, tranquillement assis,
    Où le lilas flotte et pend sur ma tête,
    Je sens couler mes pensées rafraîchis
    Dans les parfums que la nature apprête.
    Des bois dont l’ombre, en ces prés blanchissants,
    Avec lenteur se dessine et repose,
    Deux rossignols, jaloux de leurs accents,
    Vont tour à tour réveiller le printemps
    Qui sommeillait sous ces touffes de rose.
    Mélodieux, solitaire Ségrais,
    Jusqu’à mon cœur vous portez votre paix !
    Des prés aussi traversant le silence,
    J’entends au loin, vers ce riant séjour,
    La voix du chien qui gronde et veille autour
    De l’humble toit qu’habite l’innocence.
    Mais quoi ! déjà, belle nuit, je te perds !
    Parmi les cieux à l’aurore entrouverts,
    Phébé n’a plus que des clartés mourantes,
    Et le zéphyr, en rasant le verger,
    De l’orient, avec un bruit léger,
    Se vient poser sur ces tiges tremblantes.

    François-René de Chateaubriand, Tableaux de la nature, 1784-1790


     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    6 commentaires
  •  

     


    Je viens vous souhaiter
    Une bonne fête du 1er Mai .
    Que du bonheur toute l'année .
    Passez une bonne journée
    Avec toute mon amitié .
    Bisous ♥



    Premier mai

    Tout conjugue le verbe aimer. Voici les roses.
    Je ne suis pas en train de parler d'autres choses.
    Premier mai ! l'amour gai, triste, brûlant, jaloux,
    Fait soupirer les bois, les nids, les fleurs, les loups ;
    L'arbre où j'ai, l'autre automne, écrit une devise,
    La redit pour son compte et croit qu'il l'improvise ;
    Les vieux antres pensifs, dont rit le geai moqueur,
    Clignent leurs gros sourcils et font la bouche en coeur ;
    L'atmosphère, embaumée et tendre, semble pleine
    Des déclarations qu'au Printemps fait la plaine,
    Et que l'herbe amoureuse adresse au ciel charmant.
    A chaque pas du jour dans le bleu firmament,
    La campagne éperdue, et toujours plus éprise,
    Prodigue les senteurs, et dans la tiède brise
    Envoie au renouveau ses baisers odorants ;
    Tous ses bouquets, azurs, carmins, pourpres, safrans,
    Dont l'haleine s'envole en murmurant : Je t'aime !
    Sur le ravin, l'étang, le pré, le sillon même,
    Font des taches partout de toutes les couleurs ;
    Et, donnant les parfums, elle a gardé les fleurs ;
    Comme si ses soupirs et ses tendres missives
    Au mois de mai, qui rit dans les branches lascives,
    Et tous les billets doux de son amour bavard,
    Avaient laissé leur trace aux pages du buvard !
    Les oiseaux dans les bois, molles voix étouffées,
    Chantent des triolets et des rondeaux aux fées ;
    Tout semble confier à l'ombre un doux secret ;
    Tout aime, et tout l'avoue à voix basse ; on dirait
    Qu'au nord, au sud brûlant, au couchant, à l'aurore,
    La haie en fleur, le lierre et la source sonore,
    Les monts, les champs, les lacs et les chênes mouvants,
    Répètent un quatrain fait par les quatre vents.
    Victor HUGO (1802-1885)

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    14 commentaires
  • KIT PRINTEMPS 7

    KIT PRINTEMPS 7

    Bonjour à toutes et tous .
    J'espère que vous allez bien ?
    Ici il fait gris avec des averses.
    Passez une bonne journée .
    Passez un bon weekend .
    Prenez soin de vous .
    Avec toute mon amitié .
    Bisous du ♥

     

    KIT PRINTEMPS 7


    Prière au printemps

    René-François Sully PrudhommeToi qui fleuris ce que tu touches,
    Qui, dans les bois, aux vieilles souches
    Rends la vigueur,
    Le sourire à toutes les bouches,
    La vie au coeur ;

    Qui changes la boue en prairies,
    Sèmes d’or et de pierreries
    Tous les haillons,
    Et jusqu’au seuil des boucheries
    Mets des rayons !

    Ô printemps, alors que tout aime,
    Que s’embellit la tombe même,
    Verte au dehors,
    Fais naître un renouveau suprême
    Au coeur des morts !

    Qu’ils ne soient pas les seuls au monde
    Pour qui tu restes inféconde,
    Saison d’amour !
    Mais fais germer dans leur poussière
    L’espoir divin de la lumière
    Et du retour !

    René-François Sully Prudhomme, Les solitudes


     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    14 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique