• Tristesse d’été

     

    DIVERS 9

      DIVERS 9

    Tristesse d’été

    Le soleil, sur le sable, ô lutteuse endormie,
    En l’or de tes cheveux chauffe un bain langoureux
    Et, consumant l’encens sur ta joue ennemie,
    Il mêle avec les pleurs un breuvage amoureux.

    De ce blanc flamboiement l’immuable accalmie
    T’a fait dire, attristée, ô mes baisers peureux
    » Nous ne serons jamais une seule momie
    Sous l’antique désert et les palmiers heureux ! »

    Mais la chevelure est une rivière tiède,
    Où noyer sans frissons l’âme qui nous obsède
    Et trouver ce Néant que tu ne connais pas.

    Je goûterai le fard pleuré par tes paupières,
    Pour voir s’il sait donner au coeur que tu frappas
    L’insensibilité de l’azur et des pierres.

    Stéphane Mallarmé

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    3
    Samedi 30 Juin à 19:45

    Très beau poème merci de le partager avec nous♥

    2
    Samedi 30 Juin à 08:36

    il avait l' esprit morose ce jour là notre poète !

    Il y a du soleil, un peu de vent !

     Passe une bonne fin de semaine

     Bisous

      • Samedi 30 Juin à 10:25

        Coucou 

        Merci pour ton gentil commentaire mon ami .

        Oui il devait avoir de la nostalgie ou de la mélancolie mais ça en fait un super poème.

        Bon weekend .

        Mille doux bisous du ♥

          

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :