• Rayons d’octobre 2

    Automne 8

    Automne 8


    Rayons d’octobre

    À peine les faucheurs ont engrangé les gerbes
    Que déjà les chevaux à l’araire attelés
    Sillonnent à travers les chardons et les herbes
    La friche où juin fera rouler la mer des blés.

    Fécondité des champs ! cette glèbe qui fume,
    Ce riche et fauve humus, recèle en ses lambeaux
    La sève qui nourrit et colore et parfume
    Les éternels trésors des futurs renouveaux.

    Les labours, encadrés de pourpre et d’émeraude,
    Estompent le damier des prés aux cent couleurs.
    De sillons en sillons, les bouvreuils en maraude
    Disputent la becquée aux moineaux querelleurs.

    Et l’homme, aiguillonnant la bête, marche et marche,
    Pousse le coutre. Il chante, et ses refrains plaintifs
    Évoquent l’âge où l’on voyait le patriarche
    Ouvrir le sol sacré des vallons primitifs.

    Nérée Beauchemin, Les floraisons matutinales


     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    2
    Samedi 29 Octobre 2016 à 10:39

    MAGNIFIQUE ce poème, tout comme ton blog d'ailleurs. Quel plaisir de lire de beaux poèmes et de découvrir de splendides images ! MERCI pour tout cela à chaque visite et BRAVO !

    J'espère que tu vas bien en cette belle saison, où de tendres et belles journées persistent, malgré les brouillards qui commencent à recouvrir le paysage de son voile opaque. Il y a, là, matière à écrire encore et encore...

    Belle journée, bon WE et gros bisous. Coryphee

      • Samedi 29 Octobre 2016 à 11:27

        Coucou ma douce

        Merci infiniment pour ton gentil commentaire .

        Oui je vais bien merci .

        Passe une bonne journée 

        et un bon weekend .

        Mille doux bisous du ♥

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :