• KIT PRINTEMPS 9

     

    KIT PRINTEMPS 9



    Les Soleils de Mai

    D’un souffle virginal le plus aimé des mois
    Emplit l’air ; le lilas aux troncs moussus des bois
    Suspend sa grappe parfumée ;
    Les oiseaux sont joyeux et chantent le soleil ;
    Tout sourit ; du printemps, tout fête le réveil :
    Toi seule es triste, ô bien-aimée !

    « Pourquoi ces yeux rêveurs et ce regard penché ?
    De quel secret ennui ton cœur est-il touché ?
    Qu’as-tu ma grande et pâle Amie,
    Qu’as-tu ? Vois ce beau ciel sourire et resplendir !
    Oh ! souris-moi ! Je sens mon cœur s’épanouir
    Avec la terre épanouie.

    « Sur le cours bleu des eaux, au flanc noir de la tour,
    Regarde ! l’hirondelle est déjà de retour.
    Ailes et feuilles sont décloses.
    C’est la saison des fleurs, c’est la saison des vers.
    C’est le temps où dans l’âme et dans les rameaux verts
    Fleurissent l’amour et les roses.

    « Soyons jeunes ! fêtons le beau printemps vainqueur !
    Quand on est triste, Amie, il fait nuit dans le cœur ;
    La joie est le soleil de l’âme !
    Oublions ce que l’homme et la vie ont d’amer !
    Je veux aimer pour vivre et vivre pour aimer,
    Pour vous aimer, ma noble Dame !

    « Loin de nous les soucis, belle aux cheveux bruns !
    Enivrons-nous de brise, et d’air et de parfums,
    Enivrons-nous de jeunes sèves !
    Sur leurs tiges cueillons les promesses des fleurs !
    Assez tôt reviendront l’hiver et ses rigueurs
    Flétrir nos roses et nos rêves ! »

    Et, tandis qu’il parlait, muette à ses côtés,
    Marchait la grande Amie aux regards veloutés ;
    Son front baigné de rêverie
    S’éclairait à sa voix d’un doux rayonnement ;
    Et, lumière de l’âme, un sourire charmant
    Flottait sur sa lèvre fleurie.

    Auguste Lacaussade, Poèmes et Paysages, 1897


     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • KIT PRINTEMPS 8


    KIT PRINTEMPS 8


    Mon Ami
    Chloe Douglas

    La lune s’enfuit dans la lutte,
    entre la nuit et l’aurore.
    L’argent de la toile d’araignée
    étincelle dans la brume.

    Mon ami, mon ami, mon ami,
    Je t’appelle mon ami.

    La rosée dans la vallée,
    Les violettes sur la colline,
    Les ruisseaux coulent de la montagne,
    dans le matin de ma vie.

    Mon ami, mon ami, mon ami,
    Je t’appelle mon ami.

    Les chevaux sont dans la prairie,
    mangeant de l’herbe douce.
    Les oiseaux chantent dans la fôret,
    Sauf le rossignol endormi.

    Mon ami, mon ami, mon ami,
    Tu es revenu mon amour.

    Chloe Douglas, 1975


     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  • PRINTEMPS 11

     

    PRINTEMPS 11


    Nuit de printemps

    Le ciel est pur, la lune est sans nuage :
    Déjà la nuit au calice des fleurs
    Verse la perle et l’ambre de ses pleurs ;
    Aucun zéphyr n’agite le feuillage.
    Sous un berceau, tranquillement assis,
    Où le lilas flotte et pend sur ma tête,
    Je sens couler mes pensées rafraîchis
    Dans les parfums que la nature apprête.
    Des bois dont l’ombre, en ces prés blanchissants,
    Avec lenteur se dessine et repose,
    Deux rossignols, jaloux de leurs accents,
    Vont tour à tour réveiller le printemps
    Qui sommeillait sous ces touffes de rose.
    Mélodieux, solitaire Ségrais,
    Jusqu’à mon cœur vous portez votre paix !
    Des prés aussi traversant le silence,
    J’entends au loin, vers ce riant séjour,
    La voix du chien qui gronde et veille autour
    De l’humble toit qu’habite l’innocence.
    Mais quoi ! déjà, belle nuit, je te perds !
    Parmi les cieux à l’aurore entrouverts,
    Phébé n’a plus que des clartés mourantes,
    Et le zéphyr, en rasant le verger,
    De l’orient, avec un bruit léger,
    Se vient poser sur ces tiges tremblantes.

    François-René de Chateaubriand, Tableaux de la nature, 1784-1790


     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    5 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique