• KIT HIVER 8

     

    KIT HIVER 8

    Frisson d’hiver

    Les becs de gaz sont presque clos :
    Chauffe mon coeur dont les sanglots
    S’épanchent dans ton coeur par flots,
    Gretchen !

    Comme il te dit de mornes choses,
    Ce clavecin de mes névroses,
    Rythmant le deuil hâtif des roses,
    Gretchen !

    Prends-moi le front, prends-moi les mains,
    Toi, mon trésor de rêves maints
    Sur les juvéniles chemins,
    Gretchen !

    Quand le givre qui s’éternise
    Hivernalement s’harmonise
    Aux vieilles glaces de Venise,
    Gretchen !

    Et que nos deux gros chats persans
    Montrent des yeux reconnaissants
    Près de l’âtre aux feux bruissants,
    Gretchen !

    Et qu’au frisson de la veillée,
    S’élance en tendresse affolée
    Vers toi mon âme inconsolée,
    Gretchen !

    Chauffe mon coeur, dont les sanglots
    S’épanchent dans ton coeur par flots.
    Les becs de gaz sont presque clos…
    Gretchen !

    Emile Nelligan

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Hiver sur la plaine

    C’est la mort de l’automne, l’hiver est sur le seuil
    Dans le soir qui s’avance, l’ombre, tenture funèbre
    Comme celle de la maison où fût un homme célèbre
    Engloutit les clochers et met le ciel en deuil.

    Déjà la lune se lève, sa beauté sépulchrale
    Vient faire chanter les loups qui hurlent sur les monts.
    Les chiens dans leurs chaînes répondent dans les vallons,
    Puis les abois s’apaisent comme s’éteint la chorale.

    Sous la voûte céleste, c’est la pierre d’un tombeau
    Qui étouffe les bruits quand la Nuit pose un voile
    Sur la face du monde dans un manteau d’étoiles
    Dont les larmes d’argent scintillent comme des flambeaux.

    Les bois craquent et soupirent, le gel fige la nature,
    L’aube se lève enfin, pâle et glacée d’effroi.
    L’hiver est son bourreau brutal, cruel et froid
    Qui n’épargne personne, ni plante, ni créature.

    Il surgit dans la nuit, avec le vent du Nord.
    Bêtes et gens se terrent quand ils voient son cortège
    De frimas, de froidure, de famine et de neige
    Qui vient dans son linceul leur apporter la mort.

    La plaine trop dénudée a mis sa robe de bure
    Sur sa chair déchirée où sautillent les corbeaux.
    Le givre du matin accroche ses oripeaux
    Aux herbes du talus dans une blanche ceinture.

    Le soleil ascétique n’a pas assez de foi.
    Une brume légère comme la fumée d’un cierge
    S’élève vers le ciel, mais l’azur reste vierge,
    Pur comme une nonnette qui refoule ses émois.

    Une cloche au loin s’éveille et tinte, un peu mutine,
    Les oiseaux noirs s’égaient, envol d’un escadron,
    Ils coassent lugubres, au dessus des sillons
    Comme ces moines à l’aurore qui viennent chanter matines.

    La plaine est un couvent où les arbres tonsurés
    Qui dominent la haie glacée dans le silence
    Viennent rappeler au champ, par leur seule présence,
    Au moins jusqu’au printemps son vœu de pauvreté.

    Antoine Livic, Chants d’écume suivi de Fleurs fanées, 2017

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • L’hiver

    C’est l’hiver sans parfum ni chants.
    Dans le pré, les brins de verdure
    Percent de leurs jets fléchissants
    La neige étincelante et dure.

    Quelques buissons gardent encore
    Des feuilles jaunes et cassantes
    Que le vent âpre et rude mord
    Comme font les chèvres grimpantes.

    Et les arbres silencieux
    Que toute cette neige isole
    Ont cessé de se faire entre eux
    Leurs confidences bénévoles.

    – Bois feuillus qui, pendant l’été,
    Au chaud des feuilles cotonneuses
    Avez connu les voluptés
    Et les cris des huppes chanteuses,

    Vous qui, dans la douce saison,
    Respiriez la senteur des gommes,
    Vous frissonnez à l’horizon
    Avec des gestes qu’ont les hommes.

    Vous êtes las, vous êtes nus,
    Plus rien dans l’air ne vous protège,
    Et vos cœurs tendres ou chenus
    Se désespèrent sur la neige.

    – Et près de vous, frère orgueilleux,
    Le sapin où le soleil brille
    Balance les fruits écailleux
    Qui luisent entre ses aiguilles.

    Anna de Noailles, Le coeur innombrable



     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique