• KIT AUTOMNE 14


    KIT AUTOMNE 14

    Rayons d’octobre (IV)

    Maintenant, plus d’azur clair, plus de tiède haleine,
    Plus de concerts dans l’arbre aux lueurs du matin :
    L’oeil ne découvre plus les pourpres de la plaine
    Ni les flocons moelleux du nuage argentin.

    Les rayons ont pâli, leurs clartés fugitives
    S’éteignent tristement dans les cieux assombris.
    La campagne a voilé ses riches perspectives.
    L’orme glacé frissonne et pleure ses débris.

    Adieu soupirs des bois, mélodieuses brises,
    Murmure éolien du feuillage agité.
    Adieu dernières fleurs que le givre a surprises,
    Lambeaux épars du voile étoilé de l’été.

    Le jour meurt, l’eau s’éplore et la terre agonise.
    Les oiseaux partent. Seul, le roitelet, bravant
    Froidure et neige, reste, et son cri s’harmonise
    Avec le sifflement monotone du vent.

    Nérée Beauchemin, Les floraisons matutinales


     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • KIT AUTOMNE 13

     

    KIT AUTOMNE 13

    Roses d’automne

    Aux branches que l’air rouille et que le gel mordore,
    Comme par un prodige inouï du soleil,
    Avec plus de langueur et plus de charme encore,
    Les roses du parterre ouvrent leur coeur vermeil.

    Dans sa corbeille d’or, août cueillit les dernières :
    Les pétales de pourpre ont jonché le gazon.
    Mais voici que, soudain, les touffes printanières
    Embaument les matins de l’arrière-saison.

    Les bosquets sont ravis, le ciel même s’étonne
    De voir, sur le rosier qui ne veut pas mourir,
    Malgré le vent, la pluie et le givre d’automne,
    Les boutons, tout gonflés d’un sang rouge, fleurir.

    En ces fleurs que le soir mélancolique étale,
    C’est l’âme des printemps fanés qui, pour un jour,
    Remonte, et de corolle en corolle s’exhale,
    Comme soupirs de rêve et sourires d’amour.

    Tardives floraisons du jardin qui décline,
    Vous avez la douceur exquise et le parfum
    Des anciens souvenirs, si doux, malgré l’épine
    De l’illusion morte et du bonheur défunt.

    Nérée Beauchemin

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  • KIT AUTOMNE 12

     KIT AUTOMNE 12

    Automne malade

    Automne malade et adoré
    Tu mourras quand l’ouragan soufflera dans les roseraies
    Quand il aura neigé
    Dans les vergers

    Pauvre automne
    Meurs en blancheur et en richesse
    De neige et de fruits mûrs
    Au fond du ciel
    Des éperviers planent
    Sur les nixes nicettes aux cheveux verts et naines
    Qui n’ont jamais aimé

    Aux lisières lointaines
    Les cerfs ont bramé

    Et que j’aime ô saison que j’aime tes rumeurs
    Les fruits tombant sans qu’on les cueille
    Le vent et la forêt qui pleurent
    Toutes leurs larmes en automne feuille à feuille
    Les feuilles
    Qu’on foule
    Un train
    Qui roule
    La vie
    S’écoule

    Guillaume Apollinaire, Alcools, 1913

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique