•  

    DIVERS 14

    DIVERS 14

     

    Bonjour à toutes et tous .
    Passez une bonne journée .
    Passez un bon weekend .
    Prenez soin de vous .
    Avec toute mon amitié .
    Bisous du ♥

    DIVERS 14


    La Mort de Jeanne d’Arc

    Silence au camp ! La vierge est prisonnière ;
    Par un injuste arrêt Bedfort croit la flétrir :
    Jeune encore, elle touche à son heure dernière…
    Silence au camp ! La vierge va périr.

    Des pontifes divins, vendus à la puissance,
    Sous les subtilités des dogmes ténébreux
    Ont accablé son innocence.
    Les anglais commandaient ce sacrifice affreux :
    Un prêtre en cheveux blancs ordonna le supplice ;
    Et c’est au nom d’un dieu par lui calomnié,
    D’un dieu de vérité, d’amour et de justice,
    Qu’un prêtre fut perfide, injuste et sans pitié.

    Dieu, quand ton jour viendra, quel sera le partage
    Des pontifes persécuteurs ?
    Oseront-ils prétendre au céleste héritage
    De l’innocent dont ils ont bu les pleurs ?
    Ils seront rejetés, ces pieux imposteurs,
    Qui font servir ton nom de complice à leur rage,
    Et t’offrent pour encens la vapeur du carnage.

    A qui réserve-t-on ces apprêts meurtriers ?
    Pour qui ces torches qu’on excite ?
    L’airain sacré tremble et s’agite…
    D’où vient ce bruit lugubre ? Où courent ces guerriers
    Dont la foule à long flots roule et se précipite ?

    La joie éclate sur leurs traits,
    Sans doute l’honneur les enflamme :
    Ils vont pour un assaut former leurs rangs épais :
    Non, ces guerriers sont des anglais
    Qui vont voir mourir une femme.

    Qu’ils sont nobles dans leur courroux !
    Qu’il est beau d’insulter au bras chargé d’entraves !
    La voyant sans défense, ils s’écriaient, ces braves :
    Qu’elle meure ! Elle a contre nous
    Des esprits infernaux suscité la magie…
    Lâches ! Que lui reprochez-vous ?
    D’un courage inspiré la brûlante énergie,
    L’amour du nom français, le mépris du danger,
    Voilà sa magie et ses charmes ;
    En faut-il d’autres que des armes
    Pour combattre, pour vaincre et punir l’étranger ?

    Du Christ avec ardeur Jeanne baisait l’image ;
    Ses longs cheveux épars flottaient au gré des vents,
    Au pied de l’échafaud, sans changer de visage,
    Elle s’avançait à pas lents.
    Tranquille, elle y monta : quand, debout sur le faîte,
    Elle vit ce bûcher qui l’allait dévorer,
    Les bourreaux en suspens, la flamme déjà prête,
    Sentant son cœur faillir, elle baissa la tête,
    Et se prit à pleurer.

    Ah ! Pleure, fille infortunée !
    Ta jeunesse va se flétrir,
    Dans sa fleur trop tôt moissonnée !
    Adieu, beau ciel, il faut mourir.

    Ainsi qu’une source affaiblie,
    Près du lieu même où naît son cours,
    Meurt en prodiguant ses secours
    Au berger qui passe et l’oublie ;

    Ainsi, dans l’âge des amours,
    Finit ta chaste destinée,
    Et tu péris abandonnée
    Par ceux dont tu sauvas les jours.

    Tu ne reverras plus tes riantes montagnes,
    Le temple, le hameau, les champs de Vaucouleurs,
    Et ta chaumière et tes compagnes,
    Et ton père expirant sous le poids des douleurs.

    Chevaliers, parmi vous qui combattra pour elle ?
    N’osez-vous entreprendre une cause si belle ?
    Quoi ! Vous restez muets ! Aucun ne sort des rangs !
    Aucun pour la sauver ne descend dans la lice !

    Puisqu’un forfait si noir les trouve indifférens,
    Tonnez, confondez l’injustice,
    Cieux, obscurcissez-vous de nuages épais ;
    Éteignez sous leurs flots les feux du sacrifice,
    Ou guidez au lieu du supplice,
    À défaut du tonnerre, un chevalier français.

    Après quelques instans d’un horrible silence,
    Tout à coup le feu brille, il s’irrite, il s’élance…
    Le cœur de la guerrière alors s’est ranimé ;
    À travers les vapeurs d’une fumée ardente,
    Jeanne, encor menaçante,
    Montre aux anglais son bras à demi consumé.
    Pourquoi reculer d’épouvante,
    Anglais ? Son bras est désarmé.
    La flamme l’environne, et sa voix expirante
    Murmure encore : ô France ! O mon roi bien-aimé !
    Que faisait-il ce roi ? Plongé dans la mollesse,
    Tandis que le malheur réclamait son appui,
    L’ingrat, il oubliait, aux pieds d’une maîtresse,
    La vierge qui mourait pour lui !

    Ah ! Qu’une page si funeste
    De ce règne victorieux,
    Pour n’en pas obscurcir le reste,
    S’efface sous les pleurs qui tombent de nos yeux !
    Qu’un monument s’élève aux lieux de ta naissance,
    Ô toi, qui des vainqueurs renversas les projets !
    La France y portera son deuil et ses regrets,
    Sa tardive reconnaissance ;
    Elle y viendra gémir sous de jeunes cyprès :
    Puissent croître avec eux ta gloire et sa puissance !

    Que sur l’airain funèbre ou grave des combats,
    Des étendards anglais fuyant devant tes pas,
    Dieu vengeant par tes mains la plus juste des causes.
    Venez, jeunes beautés ; venez, braves soldats ;
    Semez sur son tombeau les lauriers et les roses !
    Qu’un jour le voyageur, en parcourant ces bois,
    Cueille un rameau sacré, l’y dépose, et s’écrie :
    « À celle qui sauva le trône et la patrie,
    Et n’obtint qu’un tombeau pour prix de ses exploits. »

    Notre armée au cercueil eut mon premier hommage ;
    Mon luth chante aujourd’hui les vertus d’un autre âge :
    Ai-je trop présumé de ses faibles accens ?
    Pour célébrer tant de vaillance,
    Sans doute il n’a rendu que des sons impuissans ;
    Mais, poète et français, j’aime à vanter la France.
    Qu’elle accepte en tribut de périssables fleurs.
    Malheureux de ses maux et fier de ses victoires,
    Je dépose à ses pieds ma joie ou mes douleurs :
    J’ai des chants pour toutes ses gloires,
    Des larmes pour tous ses malheurs.

    Casimir Delavigne


     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    16 commentaires
  • DIVERS 13

    DIVERS 13

    Bonjour à toutes et tous .
    Passez une bonne journée .
    Passez un bon weekend .
    Prenez soin de vous .
    Avec toute mon amitié .
    Bisous du ♥

    DIVERS 13


    La bonne France

    Douce France, France jolie,
    France d’amour et d’idéal,
    Qui, dans ton épique folie,
    As fait tant de bien pour le mal.

    Tant de fois tu fus déchirée
    Par les crocs sanglants du vainqueur ;
    Mais ce qu’ils n’ont pas altéré,
    C’est la jeunesse de ton Cœur ;

    C’est l’éternelle joliesse
    De celle qu’un rien attendrit,
    Et qui, de peine ou de liesse,
    En larmes douces, pleure ou rit ;

    C’est, dans toute sombre ambiance,
    Quand l’horizon semble d’airain,
    Cette enfantine confiance,
    Dont l’azur est toujours serein.

    France dont le cœur surabonde
    De gentillesse et de pitié,
    Rien ne résiste, dans le monde,
    Au charme de ton amitié !

    Il suffit qu’une voix te nomme
    Et s’élève pour t’acclamer,
    Pour que tout noble et fier cœur d’homme
    S’émeuve et se prenne à t’aimer.

    Oh ! c’est que ton front reste encore
    Toujours rayonnant, haut et clair,
    Comme le front d’or de l’aurore
    Dans le ciel limpide de l’air.

    Nérée Beauchemin, Patrie Intime

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    26 commentaires
  • DIVERS 12

     

    DIVERS 12

     Bonjour à toutes et tous .
    Passez une bonne journée .
    Passez un bon weekend .
    Prenez soin de vous .
    Avec toute mon amitié .
    Bisous du ♥

     

    DIVERS 12


    France

    Oui, mon pays est encore France :
    La fougue, la verve, l’accent,
    L’âme, l’esprit, le coeur, le sang,
    Tout nous en donne l’assurance :
    La France reste toujours France.

    Aujourd’hui, tout comme naguère,
    Ne sommes-nous pas, trait pour trait,
    Le vrai profil, le vif portrait
    Du Normand, père de nos pères ?
    Français, vous êtes nos grands frères.

    Il est toujours vert et vivace,
    Le rameau du vieil arbre franc ;
    De sève chaude exubérant,
    Superbe et fort comme la race,
    Il est toujours vert et vivace.

    Vienne la magnifique aurore
    Des fêtes d’hiver, Montréal,
    Narguant l’âpre vent boréal,
    Pour la danse revêt encore
    Son domino multicolore.

    Pittoresque palais féerique,
    Sur tes murs de glace et de feu,
    Le drapeau rouge, blanc et bleu
    Arbore au soleil d’Amérique
    La chaude gaîté d’Armorique.

    Avec la fusée écarlate,
    Qui crépite et crible d’éclairs
    Le cristal de tes dômes clairs,
    Dans l’air qu’elle échauffe et dilate
    L’allégresse de France éclate.

    Mais au lointain si notre oreille
    Entend le clairon du combat,
    C’est alors que le coeur nous bat,
    C’est alors que le sang s’éveille,
    Au son qui frappe notre oreille.

    Sonnez, chantez, clairons sonores !
    Allons, étendards, en avant !
    Dans le feu, l’éclair et le vent,
    Déployez vos plis tricolores !
    Sonnez, chantez, clairons sonores !

    L’envahissement est immense.
    – Pour chasser ces grands reîtres roux,
    Que ne sommes-nous avec vous,
    Jeunes soldats de la défense !
    Oh ! notre douleur est immense.

    France, ô maternelle patrie,
    Nos coeurs, qui ne font qu’un pour toi,
    Encore palpitants d’émoi,
    Saignent des coups qui t’ont meurtrie,
    France, ô maternelle patrie !

    Ici comme là-bas on pleure.
    Dévorant le sanglant affront,
    Baissant les yeux, courbant le front,
    Silencieux, on attend l’heure.
    Ici comme là-bas on pleure.

    Quand finira l’horrible transe ?
    Oh ! quand de Versaille à Strasbourg,
    Cloche, canon, clairon, tambour
    Proclameront la délivrance
    De la grande terre de France ?

    Nérée Beauchemin

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    20 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique