• ♥*✿✽* ♥ Le jardin des roses♥*✿✽* ♥

      

    Votre navigateur est incompatible avec les iframes.

     

     Créations de mon amie Annie Anya , merci de tout coeur ma douce ♥

    ♥*✿✽* ♥ Le jardin des roses♥*✿✽* ♥

    Merci mon amie Anya , bisous ♥

    http://lesflashdeannie62.eklablog.com/

    ♥*✿✽* ♥ Le jardin des roses♥*✿✽* ♥

    veropassion

    Le jardin des roses

    Votez pour moi svp merci

    ♥*✿✽* ♥ Le jardin des roses♥*✿✽* ♥

    Le jardin des roses

    ♥*✿✽* ♥ Le jardin des roses♥*✿✽* ♥

    Le jardin des tubes

     

    ♥*✿✽* ♥ Le jardin des roses♥*✿✽* ♥

    ♥*✿✽* ♥ Le jardin des roses♥*✿✽* ♥

     

    Cadeaux de ma sœurette Lili mc

    Merci ma douce , bisous ♥

     ♥ Le jardin des roses ♥

    Merci de tout cœur ma sœurette adorée jtf .

    Tu es adorable .

    Mille doux bisous .

     

     

     Copyright © Sylvie Erwan2017.fr, Tous Droits Réservés.
    Je rappelle que mes créations sont sous Copyright.©2017 By ©Sylvie Erwan - Toute reproduction est interdite - DésignDéposé sous Copyright France.com sous le numéro : RS9T272 - RS9T16C

     

      

  •  

     Pour la fête des papas

    Je viens souhaiter une bonne fêtes à tous les papas,

    que ce jour soit beau et joyeux .

    Mille doux bisous du ♥

    kIT PAPA 1

    Papa
    Si j'avais eu le choix,
    Je n'en aurai pas voulu un autre que toi.
    Chaque jour je remercie le Ciel,
    De t'avoir comme papa.
    Avec ton épée,
    Tu pourfends les méchancetés,
    Avec ton bouclier,
    Des mauvais sorts, tu parviens à nous protéger.
    Comme un roi ou un cavalier,
    Ton coeur, tu laisses parler,
    Pour nous guider vers le bonheur,
    Pour nous inculquer des valeurs.
    Si j'avais eu le choix,
    C'est toi que j'aurai désigné du doigt,
    Toi que j'aurai choisi pour être mon Papa.

     

    Pour toi mon Papa

    Cette lettre est destinée à cet homme que j’aime et qui ne sort de ma pensée. À toi, mon père, l’homme au coeur tendre. Si j’insiste pour que tu saches que pour moi, tu es unique, c’est tout simplement parce que j’estime logique de te rendre le même amour que toi, tu m’as donné au fil de la vie. Je viens vers toi aujourd’hui, car mon coeur explosera si je le garde rien que pour moi. Je viens te dire que je t’aime papa. Depuis ma naissance, tu es à mes cotes, tu m’as bercé, travaillé dur pour me donner à manger, lu les meilleurs livres pour pouvoir bien m’éduquer. N’aie crainte, tu as réussi ! Aujourd’hui, tu peux t’apercevoir que ton oiseau a grandi et que grâce à toi, il n’a plus besoin de son nid. J’ai pris mon envol, mais je veux que tu saches que tu es resté, à la bonne place, soit dans mon cœur.Pour les fois où tu as essuyé mes larmes, pour les fois où tu as soigné mes bobos, où tu m’as câliné tendrement, je te dois des remerciements.Toi mon père aimant. Pour tous les gestes tendres, pour toutes les leçons que tu m’as appris, je te remercie, toi mon père aimant. Pour les sourires que tu m’as offerts, pour les nuits où j’avais peur, pour mes chagrins que tu as transformés en jardin, je te remercie, toi mon père aimant.Chaque fois que je repense aux instants que l’on a partagés, je revois un homme plein d’entrain qui présentait fièrement son bambin. J’ai le souvenir de grimper sur tes genoux avec la certitude que je gagnerai un bisou. Tel un caprice, j’ai demandé à avoir beaucoup d’amour, tu m’as donné ce besoin sans râler à ton tour.Mon père, la vie m’a offert le meilleur père, ceci, j’ai envie de le crier sur tous les toits, mais je préfère te le dire à toi. Mon amour pour toit est inconditionnel, il repose avant tout sur une relation fidèle, qui unit un enfant à son paternel.Si je devais décrire l’amour que j’ai pour toi, en profondeur, j’y passerai une bonne partie du reste de ma vie, mais cela, tu le sais déjà ! Ce bonheur, cet amour, tu le vois dans mes yeux qui brillent lorsque que je te sens prés de moi.



     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    6 commentaires
  • PRINTEMPS 12

     

     

    PRINTEMPS 12

    Avec toute mon amitié , je vous souhaite
    un bon weekend .
    Allé prenez soin de vous et
    mille doux bisous du ♥

    PRINTEMPS 12

    Les Oiseaux

    Enfants des airs, heureux oiseaux, lyres ailées,
    Qui passez si légers, si libres dans les champs ;
    Hôtes harmonieux des monts et des vallées,
    Qui dépensez vos jours dans la joie et les chants ;

    Poètes qui chantez en tous lieux, à toute heure,
    Ignorant les soucis dont l’homme est agité ;
    Qui, le soir, dans les bois trouvez une demeure,
    Et dans l’air, le matin, trouvez la liberté ;

    Rivaux heureux, rivaux aux chansons éternelles,
    Que je vous porte envie en vous suivant des yeux !
    Quand la terre a blessé vos pieds, ouvrant les ailes,
    Vous pouvez fuir du moins et monter vers les cieux.

    Vous prodiguant les biens dont la nature est pleine,
    Le sort vous livre tout sans lutte et sans combats ;
    Sans suspendre vos chants vous trouvez dans la plaine
    L’eau claire et l’épi mûr que nous n’y trouvons pas.

    Le ciel qui vous sourit est pour nous bien austère ;
    Il a courbé nos jours sous un bien lourd fardeau :
    Pour rafraîchir les fronts que la pensée altère,
    Les rameaux n’ont point d’ombre et les fleurs n’ont point d’eau.

    Chanteurs favorisés, ô voix pleines de charmes !
    Oui ! la terre vous aime, oui ! le sort vous est doux.
    Bénissez donc le ciel, oiseaux, gosiers sans larmes !
    Bénissez-le pour vous et priez-le pour nous !

    Priez Dieu qu’il nous fasse, après les jours contraires,
    Et des cieux plus cléments et des soleils meilleurs ;
    Priez Dieu pour qu’il donne aux poètes, vos frères,
    Un épi dans la plaine et de l’eau dans les fleurs.

    De l’oiseau vous avez, ami, la voix et l’aile ;
    Comme lui vous fuyez la terre pour le ciel.
    A l’idéal en vous le poète est fidèle :
    Vous aimez, vous chantez, cœur d’or, esprit sans fiel.

    Auguste Lacaussade, Poèmes et Paysages, 1897

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  •  

     

    Bonjour à tous .
    Je viens vous souhaiter un bon weekend .
    Passez aussi une bonne semaine .
    Avec toute mon amitié .
    Bisous du ♥

    Terre de France

    Oui, partout elle est bonne et partout elle est belle,
    Notre terre de France aux mille aspects divers !
    Belle sur les sommets où trônent les hivers,
    Et dans la lande fauve à l’araire rebelle,
    Belle au bord des flots bleus, belle au fond des bois verts !

    Belle et bonne aux coteaux où la vigne s’accroche,
    Et dans la plaine grasse où moutonnent les blés ;
    Bonne dans les pâtis où les boeufs rassemblés
    Mugissent ; bonne encore aux fentes de la roche
    Où les oliviers gris aux figuiers sont mêlés !

    Au front des pics neigeux où l’aigle pend son aire,
    Et dont le soleil fait des tours de diamant,
    Dans le glacier d’où sort le gave en écumant,
    Et d’où parfois, avec un fracas de tonnerre,
    L’avalanche bondit sur nos champs de froment ;

    Belle et bonne toujours, à la fois forte et douce,
    Notre terre se dresse en granit menaçant,
    Tourne vers l’étranger son plus âpre versant,
    Et nous déroule l’autre en gradins, sans secousse,
    Comme un tapis moelleux qui d’un palais descend.

    Et là-bas, tout au bout du morne promontoire
    D’où s’élèvent, le soir, les cris et les sanglots
    Des mères et des soeurs pleurant nos matelots,
    Notre terre est superbe en sa double victoire
    De ses feux sur la nuit, de ses rocs sur les flots !

    Elle est belle surtout au pays d’où nous sommes,
    Provençaux ou Lorrains, Rouergats ou Bretons,
    Au pays qu’en nos coeurs partout nous emportons,
    Dont nous gardons l’accent, dont nous vantons les hommes,
    Et que, depuis Brizeux, à Paria nous chantons !

    Elle est douce au vallon où joua notre enfance
    Et dont l’esprit toujours reprend l’étroit chemin ;
    Douce ou l’on nous connaît, où l’on nous tend la main,
    Douce où dorment nos morts, douce où l’on a d’avance
    Marqué la place où l’on ira dormir demain !…

    Mais plus belle et plus douce à notre âme meurtrie
    Est la terre d’Alsace arrachée à nos flancs,
    La terre où sont tombés nos cuirassiers sanglants,
    Et d’où leur ombre encore éperdument nous crie :
    » Frères, comme à venir vers nous vous êtes lents ! «

    La terre qu’il faudra reprendre par l’épée,
    Quitte à donner nos fils la les plus forts, les plus beaux,
    – Mères, vous le savez ! – en pâture aux corbeaux,
    Mais qui, plus belle encor de notre sang trempée,
    Verra se soulever les morts de leurs tombeaux

    Pour regarder venir, au sommet des collines,
    Nos drapeaux bien-aimés qui claqueront au vent,
    Pour ouïr nos clairons sonner en les suivant,
    Tandis que sous le ciel, en notes cristallines,
    Ses clochers chanteront dans le soleil levant !…

    Terre de France, terre entre toutes féconde,
    Dont on a pu blesser mais non tarir le sein,
    Ruche d’où part vibrant le glorieux essaim
    Que depuis trois mille ans Dieu mène par le monde
    A l’accomplissement de quelque grand dessein ;

    Terre où le soc demain peut se changer en glaive,
    Et le canon bondir en écrasant des fleurs,
    Mère d’un peuple fier que trempent les douleurs,
    Qui trop souvent faiblit, mais toujours se relève,
    Plus grand au lendemain de ses plus grands malheurs ;

    Terre de laboureurs, d’apôtres, de poètes
    Qui font beau ton passé, triste et doux ton présent ;
    Terre d’où l’Idéal son vol puissant
    Et monte dans le ciel avec tes alouettes
    Dès que l’aigle a cessé de réclamer du sang ;

    Pardonne à l’un de ceux que tes beautés enchantent,
    Qui t’aime dans tes monts, tes plaines et tes bois,
    Tes douleurs d’aujourd’hui, tes gloires d’autrefois,
    De te chanter, un peu comme nos pâtres chantent,
    Avec beaucoup de coeur, sans art, à pleine voix.

    François Fabié, Fleurs de genêts


     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    20 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique