• À la Font-Georges

    ETE 8

     

    ETE 8


    À la Font-Georges

    Voici les lieux charmans où mon âme ravie
    Passoit à contempler Sylvie
    Ces tranquilles momens si doucement perdus.
    Boileau.

    O champs pleins de silence,
    Où mon heureuse enfance
    Avait des jours encor
    Tout filés d’or !

    O ma vieille Font-Georges,
    Vers qui les rouges-gorges
    Et le doux rossignol
    Prenaient leur vol !

    Maison blanche où la vigne
    Tordait en longue ligne
    Son feuillage qui boit
    Les pleurs du toit !

    O claire source froide,
    Qu’ombrageait, vieux et roide,
    Un noyer vigoureux
    A moitié creux !

    Sources ! fraîches fontaines !
    Qui, douces à mes peines,
    Frémissiez autrefois
    Rien qu’à ma voix !

    Bassin où les laveuses
    Chantaient insoucieuses
    En battant sur leur banc
    Le linge blanc !

    O sorbier centenaire,
    Dont trois coups de tonnerre
    Avaient laissé tout nu
    Le front chenu !

    Tonnelles et coudrettes,
    Verdoyantes retraites
    De peupliers mouvants
    A tous les vents !

    O vignes purpurines,
    Dont, le long des collines,
    Les ceps accumulés
    Ployaient gonflés ;

    Où, l’automne venue,
    La Vendange mi-nue
    A l’entour du pressoir
    Dansait le soir !

    O buissons d’églantines,
    Jetant dans les ravines,
    Comme un chêne le gland,
    Leur fruit sanglant !

    Murmurante oseraie,
    Où le ramier s’effraie,
    Saule au feuillage bleu,
    Lointains en feu !

    Rameaux lourds de cerises !
    Moissonneuses surprises
    A mi-jambe dans l’eau
    Du clair ruisseau !

    Antres, chemins, fontaines,
    Acres parfums et plaines,
    Ombrages et rochers
    Souvent cherchés !

    Ruisseaux ! forêts ! silence !
    O mes amours d’enfance !
    Mon âme, sans témoins,
    Vous aime moins

    Que ce jardin morose
    Sans verdure et sans rose
    Et ces sombres massifs
    D’antiques ifs,

    Et ce chemin de sable,
    Où j’eus l’heur ineffable,
    Pour la première fois,
    D’ouïr sa voix !

    Où rêveuse, l’amie
    Doucement obéie,
    S’appuyant à mon bras,
    Parlait tout bas,

    Pensive et recueillie,
    Et d’une fleur cueillie
    Brisant le cœur discret
    D’un doigt distrait,

    A l’heure où les étoiles
    Frissonnant sous leurs voiles
    Brodent le ciel changeant
    De fleurs d’argent.

    Octobre 1844.

    Théodore de Banville, Les Stalactites, 1846
     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :