• Joyeux halloween à tous

    Joyeux halloween à tous


     Pour vous souhaiter un joyeux Halloween.

    Amusez-vous , profitez bien .

    Je pense très fort à vous mes amies .

    Mille doux bisous .

    Joyeux halloween à tous

    Vampires, sorcières, zombies : existent-ils vraiment ?

    Bien que le mot Halloween vienne de l’anglais All Hallows Eve (le soir de tous les saints), de nombreux historiens pensent que cette fête est d’origine celtique. Les celtes formaient un peuple présent sur une grande partie de l’Europe au 3ème siècle avant J-C. En 200 ans, ce peuple a connu un déclin important causé par l’agrandissement de l’Empire romain. Les derniers celtes ont vécu sur les îles britanniques et ont combattu avec vaillance les romains. Le peuple celte a disparu autour du 3ème siècle après J-C.

    Au début de l’automne, les celtes célébraient le début de la « saison sombre » par la fête de Samain. Selon la mythologie celtique cette fête célébrée par les druides est propice aux événements magiques et mythiques.

    Halloween est l’occasion de se déguiser, de faire la fête, de manger des bonbons (avec modération) et de se faire peur en racontant des histoires de vampires, sorcières ou de zombies. Mais est ce qu’ils existent vraiment ?

    Le mythe des vampires

    Plusieurs tombes de « vampires » ont été découvertes ces dernières années. En fait il ne s’agit pas de vampires comme tu l’imagines, que ce soit Dracula, Johnny Depp et encore moins Twilight (je suis désolé je ne connais pas son nom…). Il est plus probable que les « vampires » découverts aient été accusés à tort par méconnaissance. Le vampirisme servait le plus souvent à expliquer des phénomènes méconnus comme certaines maladies ou comme des phénomènes qui apparaissent lors de la décomposition des corps. En effet, lors de la décomposition des intestins d’un cadavre, il est possible que cela forme un ballonnement faisant sortir du sang par la bouche. Comme si la personne morte était sortie de son cercueil pour boire du sang. Tiens donc comme Dracula…Les témoins de ces phénomènes préféraient donc croire aux vampires et faisaient tout pour éviter que les « vampires » ne recommencent : pieu dans le corps pour le clouer au cercueil, décapitation, arrachement des canines…

    Certaines maladies dont les causes étaient méconnues à l’époque pourraient également expliquer le mythe du vampire. C’est le cas notamment de la tuberculose pulmonaire qui a pour symptômes entre autres du crachat de sang, de la sensibilité à la lumière, un amaigrissement et une pâleur (et là je suis sûr que cela te fait penser à un vampire…).

    La chasse aux sorcières

    Depuis le Moyen-Age de nombreuses personnes ont été accusées de sorcellerie. Les historiens estiment que 50 à 100 000 personnes ont été accusées de sorcellerie et tuées uniquement entre les 16ème et 17ème siècles. Ces personnes étaient pour 80% d’entre elles des femmes, dont une très faible portion de meurtrières. La plupart des femmes accusées de sorcellerie utilisaient des remèdes artisanaux pour soigner leur entourage. Encore une fois c’est une peur due à un manque de connaissance qui a entraîné l’apparition du mythe de la sorcellerie. Des archéologues ont découverts récemment des tombeaux de sorcières dans lesquels les corps des femmes étaient entourés de 17 dés ou de 13 clous. Leurs bouches étaient également remplies de clous ou de dés, peut être pour les empêcher de lancer des sorts. En tout cas il s’agit encore une fois d’un mythe.

    Le zombie vaudou

    En fait les zombies de la culture vaudou sont un peu différents de ceux de la culture actuelle que tu peux retrouver dans de nombreux films et séries. Le mythe autour du zombie vaudou peut-être expliqué par l’utilisation de drogues par les « médecins-sorciers » vaudous comme la Tetrodotoxin et l’atropine. Ces drogues permettaient aux « médecins-sorciers » de contrôler entièrement les faits et gestes des personnes de leurs choix.

    Les légendes qui ont permis de créer les monstres d’Halloween sont donc la plupart du temps issues d’une mauvaise connaissance scientifique et donc d’une mauvaise interprétation des phénomènes observés. La science est donc importante pour comprendre le monde ! Cependant sans ces légendes on se ferait beaucoup moins peur le soir Halloween ! BOUH !

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Automne malade

    Automne malade et adoré
    Tu mourras quand l’ouragan soufflera dans les roseraies
    Quand il aura neigé
    Dans les vergers

    Pauvre automne
    Meurs en blancheur et en richesse
    De neige et de fruits mûrs
    Au fond du ciel
    Des éperviers planent
    Sur les nixes nicettes aux cheveux verts et naines
    Qui n’ont jamais aimé

    Aux lisières lointaines
    Les cerfs ont bramé

    Et que j’aime ô saison que j’aime tes rumeurs
    Les fruits tombant sans qu’on les cueille
    Le vent et la forêt qui pleurent
    Toutes leurs larmes en automne feuille à feuille
    Les feuilles
    Qu’on foule
    Un train
    Qui roule
    La vie
    S’écoule

    Guillaume Apollinaire, Alcools, 1913


     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    L'étoile qui file.

    Petite étoile, au sein des vastes cieux,
    Toi que suivaient et mon cœur et mes yeux,
    Toi dont j'aimais la lumière timide,
    Où t'en vas-tu dans ta course rapide ?
    Ah ! j'espérais que, dans ce ciel d'azur,
    Du moins pour toi le repos était sûr.
    Pourquoi t'enfuir, mon étoile chérie ?
    Pourquoi quitter le ciel de ma patrie ?

    Mon cœur connut le bonheur et l'amour :
    Amour, bonheur, tout n'a duré qu'un jour.
    Près d'un ami, je cherchai l'espérance...
    Et mon ami m'oublia dans l'absence !
    Le cœur brisé, j'aimais encor les fleurs,
    Quand je les vis se faner sous mes pleurs ;
    Au ciel alors, pour n'être plus trahie,
    J'avais aimé.... l'étoile qui m'oublie !

    Adieux à toi, belle étoile du soir !
    Adieux à toi, toi, mon dernier espoir !...
    Errante au ciel comme moi sur la terre,
    En d'autres lieux va briller ta lumière.
    Rien n'est constant pour moi que la douleur,
    Rien ici-bas n'a voulu de mon cœur ;
    Autour de moi, tout est sombre et se voile,
    Et tout me fuit... même au ciel, une étoile !

    Sophie d'Arbouville.


     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Bon lundi et bonne semaine

     

    Bon lundi et bonne semaine

    Passez un bon lundi, une bonne semaine qui sera une semaine d'Automne avec la pluie et le vent .
    Prenez soin de vous .
    Pour moi ça va être le grand moment hihihi la remise des clefs jeudi 23 , la 1 er fois que je vais avoir une maison bien à moi ,
    mieux vos tard que jamais .

    Mille doux bisous

    Bon lundi et bonne semaine

    Automne malade

    Automne malade et adoré
    Tu mourras quand l’ouragan soufflera dans les roseraies
    Quand il aura neigé
    Dans les vergers

    Pauvre automne
    Meurs en blancheur et en richesse
    De neige et de fruits mûrs
    Au fond du ciel
    Des éperviers planent
    Sur les nixes nicettes aux cheveux verts et naines
    Qui n’ont jamais aimé

    Aux lisières lointaines
    Les cerfs ont bramé

    Et que j’aime ô saison que j’aime tes rumeurs
    Les fruits tombant sans qu’on les cueille
    Le vent et la forêt qui pleurent
    Toutes leurs larmes en automne feuille à feuille
    Les feuilles
    Qu’on foule
    Un train
    Qui roule
    La vie
    S’écoule

    Guillaume Apollinaire, Alcools, 1913


     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Bon weekend

     

    Bon weekend

    Sur une absence.

    Depuis qu'un malheureux adieu
    Rendit vers vous ma flamme criminelle,
    Tout l'univers, prenant votre querelle,
    Contre moi conspire en ce lieu.

    Ayant osé me séparer
    Du beau soleil qui luit seul à mon âme,
    Pour le venger, l'autre cachant sa flamme,
    Refuse de plus m'éclairer.

    L'air, qui ne voit plus ce flambeau,
    En témoignant ses regrets par ses larmes,
    M'apprend assez qu'éloigné de vos charmes
    Mes yeux se doivent fondre en eau.

    Je vous jure, mon cher souci,
    Qu'étant réduit à voir l'air qui distille,
    Si j'ai le cœur prisonnier à la ville,
    Mon corps ne l'est pas moins ici.

    Pierre Corneille.


     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires